Hiérarchie…

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Anal

Hiérarchie…la quarantaine récemment franchie, je suis assistante de direction dans une grande entreprise dont le siège social est situé région Parisienne.depuis peu de temps, je “manage” 3 secrétaires, qui sont mes assistantes. si j’essaye de rester égale, j’avoue que j’ai un faible pour l’une d’entre elles….je ne suis pas une manager sévère, bien au contraire…plutôt complice que petit chefaillon…..je suis blonde, les yeux verts. 1m63, 53 kgs quand tout va bien….mon petit faible….c’est pour Claire qui est une jolie blonde, fine, environ 1m65, probablement dans les 52 kgs maxi. mariée, 1 enfant, elle a 33 ans.les jours, les semaines, les mois se passent plutot bien jusqu’au jour où je suis obligé de “sévir” à son encontre….elle a commit une bourde dans son travail, certes sans trop de conséquences, mais je dois la “recadrer”.je la convoque, j’ai du mal à la disputer, tellement je suis “troublée” par cette fille…. si bien que le “savon” n’est pas bien violent.malheureusement, quelques semaines plus tard, Claire récidive. nouvelle erreur de sa part, cette foi-ci beaucoup plus grave. sa bourde, son énorme bourde, va coûter plusieurs dizaines de milliers d’euros à l’entreprise….ça va barder….Claire est absente aujourd’hui. je ne sais pas si elle a fait exprès, mais elle a été rudement bien inspirée de ne pas être présente aujourd’hui. mais elle revient demain. elle ne perd rien pour attendre, ça va être sa fête….en attendant, moi, il faut que j’aille prévenir ma chef de cette erreur de notre service….. ma chef est……furax, hystérique, très remontée, elle me passe une de ces soufflées…..me garantissant que cette erreur ne va pas rester sans conséquences pour la ou les fautives de mon service…!en regagnant ma place, les collègues, hommes et femmes, devinent à l’expression de mon visage, que je m’en suis pris une bonne….la journée se finit péniblement, tout le service est attelé à la tâche afin de minimiser les conséquences de la faute de Claire et de la mienne, d’avoir transmis ce dossier sans vérifier au préalable qu’il ne comportait pas d’erreurs…..Claire et moi , nous sommes toutes les 2 convoquées demain matin par ma chef. on risque de “prendre cher”….la journée finit, je rentre chez moi, un peu penaude. au volant, je pense à la journée qui m’attend demain….. je pressens que ça ne va pas bien se passer….. je vais devoir passer une soufflée à Claire et on va ensuite s’en prendre une toutes les 2 par la big boss….j’hésites à appeler Claire sur son portable pour la prévenir que demain, on va l’une et l’autre, passer un sale 1/4 d’heure.je n’ose pas parler à mon mari de cette rude journée, celle qui vient de se finir et de celle qui m’attend….le lendemain, une journée printanière classique, mi pluvieuse, mi ensoleillée. je vais être convoquée dans le bureau de la big boss, alors j’attache une importance particulière à ma tenue….comme beaucoup de femmes le matin, j’essaye plusieurs combinaisons de tenues et variantes de couleurs. j’opte finalement pour un haut léger à manches longues dans les tons corails, une jupe en lin noire, légèrement évasée et volante qui m’arrive juste au dessus du genou. des escarpins orangés dans les même tons que le haut feront classe…..mais en ce début de printemps j’ai les cannes blanches…..pas question d’y aller jambes nues. une certaine fraicheur matinale que j’ai ressenti en ouvrant les volets de la chambre me fait opter pour un collant plutôt que pour des bas……le collant est couleur caramel….en arrivant au bureau , de bonne heure, je prépare sur un papier ce que je m’apprête à dire à Claire il faut que je force ma nature, car je dois lui montrer une certaine fermeté et autorité qui ne m’est pas naturelle.Claire arrive. je lui conseille d’aller prendre un café, car, après, nous avons à parler…. aux regards persistants sur elle et à l’ambiance générale du service, Claire pressent qu’une journée pas comme les autres s’annonce….elle me questionne. sous les regards des collègues, je n’ose lui donner plus de précisions….puis, je la convoque dans un bureau à part. je l’informe de son erreur, qu’elle va probablement avoir droit à une sanction, je la sermonne et je lui fais la morale comme on dit. elle a les yeux brillants, je vois bien qu’elle se retient de pleurer. je l’informe qu’on va devoir, ensemble, aller se prendre un savon par la big boss. Claire me demande si elle risque de se faire virer, je lui réponds que je ferai tout pour que ça ne se finisse pas de façon aussi grave….nous retournons toutes les 2 à nos bureaux respectifs sous les regards des collègues….. selon les relations que nous avons l’une et l’autre avec ses collègues , les regards sont soient, inquiets, narquois, souriants, compatissants, moqueurs, etc….. la situation est un peu……humiliante…..ce qui n’est pas pour me déplaire……d’autant que l’humiliation est moins prononcée pour moi que pour Clairemalheureusement l’heure fatidique arrive. notre big boss vient nous trouver toutes les 2……nous la suivont, direction son bureau…..ça va chauffer…. notre big boss est une jolie femme dans mes ages, la quarantaine également fraichement dépassée. environ 1m70, élégante, fine….jolie brune, les cheveux mi-longs….elle me plairait bien….mais quelque chose me déplait chez elle….elle a un air et une attitude sévères. elle est assez dure et exigeante…..ne supporte pas la moindre erreur ou le moindre laisser-aller dans notre travail…. elle a été “placée” à ce poste de façon relativement surprenante…. au vu de son cursus dans l’entreprise, la retrouver à de telles fonctions est……surprenant. elle coquine avec un collègue qui a un poste inférieur au sien…..les ragôts vont bon train….mais si ces rumeurs sont vraies, alors on ne peut même pas l’accuser d’avoir coucher….. non, plus probablement, elle a simplement eu la chance d’être au bon moment sous la coupe de la bonne personne qui avait suffisamment d’influence pour la mettre à cette fonction….. il est certain que dans d’autres circonstances, elle n’aurait jamais eu ce poste….elle a aux yeux de beaucoup de gens une légitimité qui reste à prouver….. du coup, cela explique peut-être l’expression d’extrème sévérité qu’elle dégage……il est évident qu’ elle veut se montrer ferme et intransigeante afin d’assoir son autorité et de prouver qu’elle peut tenir ce poste…..ce qui fait que , régulièrement, des collègues , sont convoqués dans son bureau pour entendre parler du pays….la moindre faute se termine bien souvent par une “convocation” dans l’intimité calfeutrée de son bureau…mais là c’est notre tour à ma collaboratrice et à moi, et on ne fanfaronne pas en traversant l’open space sous les regards des collègues qui ne perdent pas une miette du “spectacle”…..notre patronne ne nous laisse guère le temps de reprendre notre respiration, elle nous rentre dans le lard immédiatement…..elle ne nous propose même pas de nous assoir….bizarrement je trouve la situation un peu excitante… Claire se fait littéralement “déboiter”…. elle apprend que le minimum sera une lettre d’avertissement, mais que notre big boss envisage bien plus……carrément une mise à pied…. Claire fond en larmes….puis notre chef demande à Claire de nous laisser toutes les 2……j’ai les jambes qui tremblent…..c’est à mon tour de me faire démonter…..elle m’annonce que moi aussi je vais avoir droit à mon avertissement …..écrit et inscrit à mon dossier….puis elle me demande de retourner à mon travail, et de lui renvoyer à nouveau mon assistante, elle a de nouveau à lui parler….je retourne à mon poste, et une fois à mon bureau j’informe Claire que la chef veut de nouveau lui parler…… la pauvre est au bord du malaise….. Assise à mon bureau, j’imagine ma secrétaire en train de se faire réprimander, sermonner par notre chef…..et bizarrement la situation m’excite…..je sens qu’une certaine humidité m’envahit et coule à travers mon entre jambe…..oh làlàlà je suis toute excitée, toute émoustillée……ma petite culotte est trempée… malheureusement mes collègues sont là et je ne peux pas me caresser alors que mon ventre me réclame cette douce délivrance… d’autant que nous sommes en open space….j’ai tellement envie que j’ai bien pensé m’eclipser quelques instants dans les toilettes mais je n’ose pas… pourtant j’en ai très envie…. Claire revient à son poste….. 1/2 heure dans le bureau de la chef…..et bien….ça a dû sacrément barder….ça m’excite d’imaginer une fille de mon équipe avoir passer un mauvais moment…..je trouve cette fille si jolie, si douce , si gentille….il me plairait d’avoir à la consoler après qu’elle eut reçu une sanction voir une bonne punition….. justement Claire revient les yeux rouges…. le maquillage a couler…..toute excitée que je suis, je n’ose pas l’aborder, je dois laisser retomber mon émotion…..et la sienne….arrive l’heure du déjeuner, je propose à Claire de déjeuner ensemble afin qu’elle me raconte comment ça s’est passé dans le bureau de l’autre folle…..Claire qui n’a vraiment pas le moral décline poliment et élégamment l’invitation……je ressens une frustration…..terrible….ma is que s’est il donc passé dans ce bureau pour que Claire y soit restée si longtemps et qu’elle revienne si marquée…..???? j’en suis toute troublée…..mon imagination et surtout mon excitation me font imaginer divers scénarios….et accentuent encore plus l’état second dans lequel je me trouve….toute l’après-midi, j’observe ma pauvre assistante, elle semble terriblement marquée, voir meurtrie….. pas un seul sourire, même pas un rictus qui pourrait laisser penser qu’au fil de l’eau ça va mieux…..visiblement ça a chié …..toute l’après -midi je me contiens, je n’ai qu’une envie…..aller aux toilettes….mais je rsique de ne pas en avoir pour 30 secondes….avec ce qui se passe dans le bureau depuis hier, ce n’est pas le moment de me faire remarquer par mon absence….si la big boss me cherche juste à ce moment là, je suis mal…..l’après-midi pleine d’émotion dans ma tête se passe tant bien que mal…..j’ai un canlı bahis şirketleri mal fou à me concentrer sur mon travail…..pourtant , j’ai du boulot…..un dossier à rendre justement…..c’est pas grave je ferai ça plus tard….d’où je suis, personne ne voit mon écran….je vais sur le net, sur des sites cochons comme on dit….histoire de passer le temps en pensant à autre chose et d’évacuer ma frustration….arrive la fin de journée, pour combler mon retard, je reste plus tard que de coutume au bureau, j’ai justement ce fameux dossier à fignoler. l’une de mes collaboratrices me l’a rendu avant-hier, et je dois vérifier qu’il ne comporte pas d’erreurs avant de le valider et de le transmettre à notre chef……demain….je vois les collègues partir les uns après les autres, puis notre chef, puis Claire puis encore quelques mns plus tard les derniers collègues….. je me retourne…..visiblement tout le monde est parti….je vais aux toilettes…..mais ils sont tout petits….ce n’est pas pratique….mes escarpins buttent sur la porte ….je ne peux même pas étendre mes jambes entièrement….en retournant à mon bureau, je fais le tour du service….je vérifie, je suis bien toute seule….tout le monde est parti….je repense à toute cette journée….à celle d’hier, où tout a commencé….j’imagine Claire rentrer chez elle, annoncer à son mari sa sanction au travail….la perte de salaire qui va avec…..j’imagine son mari la disputer violemment……ça va encore barder pour elle…..maintenant que tout le monde est parti du bureau, je repense à cette folle après-midi où je n’ai rien foutu, j’étais tellement excitée que je n’arrivais pas à me concentrer….je suis allé fantasmer sur le net….si ma chef savait….il est maintenant environ 19h30. confortablement installée sur mon fauteuil, je repense à tout ça, à l’aide des roulettes, je recule mon siège…..je suis désormais à 1 mètre de mon bureau…..je ressens une douce chaleur parcourir mon ventre et descendre entre mes cuisses… je ferme les yeux… plus personne ne me dérange… mes mains se posent sur mes cuisses… mes joues commencent à rougir, je ne vais quand même pas oser ?Je me félicite d’avoir mis une jupe ce matin… elle n’est pas très courte, puisque debout elle m’arrive légèrement au dessus des genoux. mais, une fois assise à mon bureau….. mes doigts remontent lentement le long de mon collant…. quelle sotte ! j’aurais dû mettre des bas….. si seulement ce matin j’avais pu deviner la journée qui serait la mienne…..je pense à ma chef qui pourrait me surprendre, mais dans l’excitation de l’instant présent, je m’en moque… le risque décuple mon désir… de toute façon, je me souviens l’avoir vue quitter le bureau tout à l’heure…..d’une main, je remonte ma jupe, de l’autre je caresse doucement l’intérieur de mes cuisses à travers la douce soie du collant…..hummm il est si doux….que c’est agréable…..tout dou-ce-ment, mes doigts chatouillent l’intérieur des cuisses puis remontent vers mon intimité….puis je descend une main sur un mollet, puis je remonte doucement mes doigts le long de mes jambes et de mon collant….la douceur du tissus me provoque des sensations …..inouies….j’ai des frissons dans tout le corps…..je ne tiens plus….mes doigts remontent l’intérieur de mes jambes puis de mes cuisses…..jusqu’à atteindre l’endroit recherché ….pour me soulager…..je passe le bout de mon doigt sur mon intimité, encore protégée par ma petite culotte, pourtant le tissu est en faible quantité… mais il y a toujours ce satané collant….des frissons parcourent mes lèvres… je passe le doigt tout le long de ma fente à travers les tissus puis je soulève brusquement l’élastique… du collant…..je me découvre trempée… les lectures de l’après-midi et la 1/2 heure passée par Claire dans le bureau de la chef m’ont maintenu dans un état d’excitation que je n’imaginais même pas… je passe mon doigt sur ma fente… je frotte entre le collant et le tissu de ma culotte….vais je oser franchir la dernière étape….?je fais pivoter mon siège une nouvelle fois pour vérifier que je suis bien seule……c’est le cas…..je ne tiens plus ! je soulève l’élastique de la culotte, je stimule mon clitoris par quelques caresses bien agréables, puis je contourne mon clitoris pour guider mes doigts vers l’entrée de mon ventre… puis je glisse 2 doigts à l’entrée de mon vagin….je commence quelques va et vient doux et discret…..mon dieu que c’est bon…..je me fais jouir , tout doucement, très discrètement….juste qques soupirs sortent de mes poumons…. la chaleur m’envahit tout le corps. je dois avoir le visage rouge comme une pivoine…..puis je porte mes doigts à mes lèvres… mon odeur m’ennivre….hum, que c’est bon. c’est mon mari qui va en profiter ce soir…..J’entends un bruit léger derrière moi…. je n’ose pas me retourner… quelqu’un m’a vu ?… je reste pétrifiée de honte sur ma chaise… des mains se posent sur mes épaules… je n’ose plus bouger, pourtant j’ai la main dans la culotte….je n’ai pas le choix….j’ose , j’essaye un léger retrait de ma main de mon intimité…..l’effleurement du clitoris me provoque un léger cri s’échappant de mes lèvres… j’étais tellement excitée que je viens, bien involontairement, de me faire jouir à nouveau….le plus discrètement possible…..puis , une voix me sussure à l’oreille……mon état d’excitation et mon état second font que je suis comme dans un rêve….je pense que c’est une voix qui vient d’ailleurs……un instant je me prend pour Jeanne d’Arc…. puis, me voyant sans la moindre réaction, la voix me demande “vous m’avez l’air rudement concentrée ? ce dossier doit être immensément important…….vous ne m’avez même pas entendu arriver…. !!!” oh, mon dieu….je vais mourir de honte…..quelle honte…..!!! je reconnais la voix de la big boss…..je n’ose même pas me retourner ni lever les yeux…j’étais rouge d’excitation, maintenant je dois être rouge….de honte….la satanée moquette épaisse du sol a calfeutrée le bruit des pas de ma chef….la voix se fait plus ferme “je vois que c’est le dossier que vous devez me rendre demain matin ? j’espère pour vous que celui-ci est terminé et sans erreurs…..si vous voyez ce que je veux dire……?” une petite voix toute penaude, la mienne, ose un : “oui, il l’est…..” de toute façon, vu la situation, je ne me voyais pas répondre autre chose que oui…..la voix devient menaçante “et bien puisque visiblement vous n’êtes pas pressée de rentrer chez vous, nous allons voir ça tout de suite……suivez moi dans mon bureau…..!!! avec le dossier bien sur…..” puis la voix continue “je vous y attends, je crois que vous avez besoin de quelques instants pour ……..réajuster votre tenue……”je suis en train de vivre le moment le plus honteux de ma vie…..je me relève, remonte ma culotte puis mon collant…je réajuste ma jupe…..j’ai tellement peur de ce qui va m’arriver que mes jambes ne me portent plus….elles flageolent…..j’ai honte de moi….mais qu’est ce qui m’a prit …!! pourquoi ne suis je pas allé me finir aux toilettes….? pourquoi ne suis je pas rentrer chez moi et n’ai je pas sauter sur mon mari…..? quelle … …!!! je ne sais pas ce qui va m’arriver…..mais ….ça va valser….car mon dossier n’est pas finit….je comptais venir de bonne heure demain pour le finir…..mes yeux se font humides….une larme coule sur une de mes joues….je prends un mouchoir dans mon sac pour m’essuyer…j’en profite pour regarder mon portable….que je n’ai pas consulté depuis des heures…..trop occupée….j’ai plusieurs messages…pas le temps de les écouter….je consulte les sms….j’en ai plusieurs notamment de mon mari…..”qu’est ce que tu fous ?” ….. rapidement je réponds : “une urgence au bureau, j’ai fait une énorme bourde que je dois réparer, je risque de ne pas rentrer de bonne heure…fais manger les enfants, je t’aime !” je remets le portable dans le sac et me dirige , pas très fière, vers le bureau de ma patronne…..je m’imagine déjà, demain, faire le même genre de trajet…..mais vers la DRH…..puis vers le service……comptabilité….e n attendant je vais commencer par prendre une bonne avoinée….pas besoin de frapper à la porte, elle l’avait laissé entre-ouverte….elle est assise à son bureau, toute tremblante, je m’approche d’elle, et une fois à environ 30 cms, je lui tend le dossier …je n’ai pas le temps de lui dire qu’il n’est pas fini, qu’elle me dit : “je le garde n’est ce pas…..puisqu’il est fini….?” je suis très mal…. j’ose un timide “bah….justement…..euh….. non ….pas tout à fait….il me reste 2 ou 3 petites choses à finaliser…..”ma chef me reprend immédiatement de volée “vous vous moquez de moi….?” “euh….non….” elle enchaine “vous étiez en train de faire ce que vous savez alors que votre dossier n’est pas fini….!!” je suis à la limite du malaise….après 2 ou 3 secondes de vapeurs…je l’a joue franc-jeu “j’ai honte de moi, j’ai honte, mais j’ai honte……mais si vous saviez comme j’ai honte….”elle enchaine “je ne sais vraiment pas ce que vous cherchez…..? voulez vous que l’avertissement que je vous ai promis ce matin se transforme en une mise à pieds…..?” toujours aussi timidement…. “euh….non….je ne préfère pas…..”elle continue : “en plus vous imaginez….la responsable de 3 assistantes qui se prend une mise à pieds…! vous n’auriez plus aucune autorité à l’avenir sur vos collaboratrices si vous deviez vous absenter pendant une semaine pour cause de sanction…..?” je pressens qu’elle commence à envisager de ne pas m’infliger cette sanction sévère et humiliante vis à vis de mes collègues…..soulagée je répond “bah….oui….en effet…..”ma chef reprend la parole : “il faut que ce que je vous ai vu faire tout à l’heure, quand vous étiez installée sur votre siège de bureau, reste entre nous, d’accord…?” moi, contente, et dans un soupir de réjouissement…”oui , evidemment….”mais je ne suis pas au bout de mes peines, puisqu’elle ajoute : “par contre je ne puis laisser passer un tel laisser-aller à la canlı kaçak iddaa fois dans votre travail ainsi que dans votre management….vous avez eu un comportement irresponsable ces derniers jours….et ce n’est pas la 1ère fois que je remarque ce manque de poigne vis à vis de vos collaboratrices….et j’aimerais aussi que vous soyez plus exigeante avec vous même et plus consciencieuse dans vos tâches…..cela a assez duré, et puisqu’il le faut je vais vous montrez une façon diablement efficace d’obtenir le meilleur de ses collaborateurs……”cette fois-ci, c’est elle, qui à l’aide de ses talons, écarte son siège du bureau….puis elle m’intime l’ordre de venir me positionner sur ses genoux…..comprenant très vite ce qui va m’arriver, j’hésite l’instant d’une seconde à obtempérer…..ni une ni deux, elle m’attrappe par le bras, puis elle m’agrippe par la taille et me fait basculer en travers de ses cuisses… Drôle de sensation de plongeon, de déséquilibre, de changement de sens, de changement de statut presque…elle me fait pencher puis basculer en avant…d’une main je m’appuis tant bien que mal sur sa cuisse et de l’autre je m’appuis sur le sol afin de ne pas basculer à la renverse la tête en avant….je pressens ce qui va m’arriver….diverses pensées me traversent l’esprit….notamment un certain soulagement…..me disant que probablement la punition que visiblement je vais recevoir remplaçera surement la sanction professionnelle…..je suis maintenant inconfortablement installée sur ses genoux…., je tente une question : “je n’aurais pas de sanction …..?” elle me répond : “cela dépendra de votre comportement dans les minutes qui vont suivre….”bizarrement, alors que la situation est……ubuesque…j’estime à l’instant présent que je mérite amplement ce qui va m’arriver….puis je sens une main qui me caresse le fond de la jupe…..puis qui la relève d’une coup sec….celle-ci se retrouve retroussée sur le bas de mon dos….Ma position, donne à cette sanction un caractère exemplaire rare. Comme une véritable mise en scène pour bien marquer les esprits. Je bouge et me cabre comme pour me dégager, sans y mettre toutefois ma force, comme une sorte de protestation symbolique, respectueuse de l’autorité…Cela me vaut deux ou trois tapes sur le collant…… Pas fortes, sorte de façon de dire : “Arrête de bouger. Tu n’es plus en position de stopper le cours du destin”.Ces “claquettes”, pour ainsi dire, sont amorties par ma dernière protection, et ne “sonnent” pas comme une paume sur un épiderme nu, mais elles annonçent la suite……réveillant mes terminaisons nerveuses, sans faire mal, mais me permettant aussi de ressentir combien juste une culotte et un collant de nylon changent tout, tant du point de vue sonore, que de la sensation, et de la honte bien entendu…moi qui m’en voulait de ne pas avoir mis de bas ce matin…..je m’en réjouis cette fois-ci….pensant la fessée quasiment terminée….Je ne veux surtout pas surjouer cette entrée en matière, sachant que si je crie, je ne serais pas crue…elle n’a pas commencer à me faire vraiment mal…..et puis nous pourrions être entendues…. ma chef m’ordonne de me relever pour baisser ……….mon collant…………finalement je ne me fais pas prier, pressée que je suis que cette leçon se termine et que je puisse, enfin, rentrer chez moi…une fois le collant baissé à mi-cuisses……je me remets en position, non mécontente de porter encore mon ultime rempart à ma nudité, à mon intimité…mon string….ce string qui, certes, ne protége pas grand chose, vu la quantité de tissu….. certes, il est bien moins efficace qu’une culotte recouvrant une bonne partie des globes fessiers…. mais au moins il protège mon intimité de la vue de ma responsable hiérarchique….et c’est bien là l’essentiel qui m’importe en ce moment on ne peut plus……humiliant…. Je serre les dents, consciente que protester n’améliorera pas mon cas, espérant encore au fond du fond de moi qu’une subite grâce m’éviterait la déculottée…complète….puis la fessée reprend retentissante , sonore cette fois-ci….même l’arrière des cuisses en prend pour son grade…..puis….d’un coup…..Ma patronne arrête le mouvement de balançier de son bras….ouf….je me dis que c’est terminé…..mais…..elle pose sa main sur l’élastique supérieur de ma culotte… Elle reste un minuscule instant posée ainsi, le temps de prendre une respiration, deux ou trois secondes, mais elles mirent mes sens en alerte, m’annonçant ma défaite, me laissant le temps d’appréhender pleinement ma déculottée…je ne pus retenir un cri, un long “Noooooon”, mais le dernier rempart glissait déjà vers le bas….A mon “Nooon”, Ma chef avait répondu : “Oh que si… Une bonne fessée déculottée, puisqu’il n’y a que cela que tu comprennes…”l’intimité de cette situation la poussait à me tutoyer….Elle a une voix étonnamment posée, calme, et elle s’emploie à dégager parfaitement ma lune, à présenter au mieux sa cible…Ma culotte descendue à mi-cuisses vient rejoindre le collant….., la jupe est remontée sur le bas du dos, je dois offrir une vision totale d’un fessier tremblant dans l’attente de l’inéluctable…..J’ai senti la main de ma boss presque caresser ma peau en glissant l’étoffe vers le bas, Mais je sais que ce contact doux va contraster avec les claques à venir…..Et, soudain, la main tombe dans un claquement mat, celui tellement craint, tellement connu aussi, des fessées déculottées…Je pousse un petit cri, alors que la deuxième claque atterrit déjà, réveillant mon épidermeLes vagues claques distribuées avant, d’abord sur le collant puis sur ce qui restait de la culotte, n’étaient évidemment rien à côté de celles qui arrivent. Ma chef y met tout son coeur….Ces premières vraies claques cul nu, résonnent comme un tambour, touchant une peau encore blanche qui prend de suite des couleurs. La chaleur se propage à chaque impact, réchauffant ma lune en ce jour de printemps …..ma chef se fait un devoir de rendre cette fessée exemplaire…Elle fait parfois une pause comme pour juger du degré de cuisson de mes fesses, devenues écarlates. Puis, elle reprend, infatigable, en égrainant les motifs de cette volée.Alors que les premières claques, prenant possession d’une lune fraiche et d’un épiderme reposé, avaient réchauffé mes fesses en profondeur, les averses suivantes rendent ma peau électrique, avec une douleur plus superficielle, mais aussi plus insupportable comme si cela me brulait, me piquait de mille aiguilles. Je commence a gigoter, pour tenter de me soustraire, en vain….Puis, ce nouveau cap passé, la fessée s’abat à nouveau sur une lune épuisée, et mes cris de la deuxième phase laissent place à une douleur plus sourde, à des vrais pleurs d’une femme de la quarantaine vaincue et fessée comme elle l’a été autrefois…… enfant puis adolescente……Ma responsable peut alors me gratifier d’une salve finale, d’un feu d’artifice d’ultimes claques juste accompagnées d’un “Tiens, tiens, tiens, et tiens, c’est tout ce que tu mérites…”je pense la fessée terminée…..ma responsable, vient de donner sa pleine et entière démonstration de sa maîtrise de la fessée. Son calme, sa détermination, ont permis que la simple fessée attendue , peut-être même pas déculottée….., se transforme en tannée méthodique, en fessée majuscule…Lors de ce que je prends un instant pour la fin de mes malheurs, je me relâche complètement, sanglotante et épuisée, m’attendant à ce qu’elle desserre son étreinte. A ce que je rejoigne le sol.Mais, elle ne fait que me rééquilibrer une nouvelle fois, une dernière fois, jaugeant de la cuisson de ma lune écarlate, avant de parachever son oeuvre par un feu d’artifice en forme de sprint final.Sentant le “bouquet” arriver, je tente de me débattre, de ramener mes mains en protection dérisoire de la surface châtiée, mais ma responsable pare la manoeuvre en bloquant mes deux avant-bras très fermement.Cette petite ruade, alors que j’avais pris les dernières salves de claques presque sans réagir, vaincue et épuisée, mais aussi légèrement…..excitée……ex citation que je tentais tant bien que mal de…..camoufler…..cette contestation soudaine en quelque sorte, ne fait que redonner de l’énergie à ma chef, qui me rappele tout en reprenant sa volée claquante que c’est elle qui décide si c’est suffisant ou pas……., et que je mérite bien encore et encore que se prolonge, et que se conclut en apothéose sonore et brulante cette fessée d’anthologie…Puis, enfin, la claquée prend fin….. Un peu sonnée, je ne réagis qu’après quelques secondes restée prostrée, la lune encore à l’air, ma main sentant la chaleur qui s’en dégage…on aurait entendu une mouche voler, alors que les murs viennent de résonner d’une trempe mémorable…..Je me releve et je remonte ma culotte, puis mon collant puis je réajuste ma jupe……..sous l’effet de la v******e de la tannée, j’ai perdu un escarpin….qui a finit par atterrir sous le bureau de ma chef….nouvelle scène humiliante….obligée de me mettre à 4 pattes pour récupérer mon bien…je suis calmée et sonnée….mais toujours aussi excitée…..ma chef me demande si j’ai compris la leçon….. comme d’une évidence je hoche de la tête….ça l’agace….elle s’énerve…..”oui ou non…!!!! ” me dit elle…..je n’ai pas vraiment envie qu’elle recommence….”oui, j’ai compris….”finalement, il n’est pas si tard que ça……à 19h30 je me tripotais, je regarde l’heure sur le téléphone du bureau…..il n’est même pas 20h00….. et je viens de recevoir la raclée de ma vie……nous nous regardons l’une et l’autre….moi le regard fuyant….mais pas elle…..elle soutient mon regard….moi je fuis le sien….puis je finis par la regarder à nouveau….je lis une extrème excitation dans ses yeux…..je n’ose pas lui montrer la mienne d’excitation……puis ma responsable m’attrappe par le bras pour me rapprocher d’elle…..nous tombons dans les bras l’une de l’autre….puis, l’une et l’autre le souffle court, épuisées par ce qui vient d’arriver , nous nous enlaçons….puis nous nous embrassons dans le cou….de longs soupirs de l’une dans canlı kaçak bahis le cou de l’autre….soupirs souvent ponctués de bisous…..avant que nos 2 bouches se rapprochent pour un long baiser langoureux…..ma chef se dégage de notre étreinte, va vérifier, puis refermes la porte , à clefs……je n’ai pas le temps de faire un pas de plus, elle se retourne, revient vers moi et me plaque contre le mur, tout collé contre moi et ses lèvres rencontrent les miennes…..J’ai le coeur qui bat à 200 à l’heure, les mains moites, le souffle court. J’ai presque l’impression d’être une adolescente en pleine découverte. Notre premier baiser est passionné, long , profond. Je suis parcourue de frissons, elle me serre un peu plus contre elle, c’est plein de douceur et de saveur, je suis contente de sentir cette osmose de nos corps. Nos bouches se décollent, elle me mordille la lèvre, un sourire coquin…. nous sommes seuls. Nos sourires rayonnent.Je la dévore des yeux et je sens son regard aimanté sur moi. elle me regarde de haut en bas et sa main vient se placer sur mes fesses. puis elle passe le barrage de la jupe, en la retroussant….je sens sa main me tenir fermement au niveau de l’entrejambe…..elle me demande de me pencher en avant, je pose mes mains sur le bureau, je me cambre et elle remonte à nouveau ma jupe pour laisser découvrir mes jambes, mes cuisses offertes…… directement elle pose ses doigts sur mon sexe déjà humide. elle me caresse doucement…..elle me confie que même à travers mon collant et ma culotte elle sent mon humidité et mon excitation…..puis après un de ses doigts se promènent entre mon clito et mon petit trou, laissant la trace brillante de ma mouille. elle me redresse en me tirant par les cheveux, me retourne pour que je lui fasse face…..sa langue vient chercher la mienne. elle choisit ce moment précis pour glisser sa main dans mon intimité…..elle passe sa main à travers mon collant puis ma culotte…..puis elle fait entrer profondément deux doigts dans ma chatte. Je suis surprise, mon gémissement est étouffé dans sa bouche, je décèle une lueur victorieuse dans ses yeux , je la gratifie alors d’un …” c’est bon, encore…..”Je sens qu’elle aime mon désir et mon plaisir……. ses caresses sont si agréables, je suis trempée, j’ai envie que ça continue encore et encore. elle va continuer quelques instants puis retirer ses doigts. Je me redresse, nous sommes toujours face à face, elle met ses doigts plein de cyprine à sa bouche, avant de les porter à la mienne. J’aime ça , cette vision de son excitation lorsque elle me voit goûter mon propre jus.elle m ‘excite, moi qui habituellement déteste la grossièreté, j’ai soudain envie de lui dire : suces moi le clito, lèches moi la chatte….reprenant mes esprits et pressentant qu’elle veut aller bien plus loin….Je lui susurre alors un non, pas maintenant , alors qu’elle entreprend de me déshabiller……je pense à mon mari, que je suis en train de tromper….à mes enfants qui m’attendent…..j’ai une certaine pudeur…..je suis sur le point de faire l’amour……avec ma chef……mais je suis trop excitée…..je ne tiens plus…..je ne peux pas dire non….pas maintenant…..et puis…j’ai trop envie…..je me laisse faire…..et puis comment prendrait elle un refus de ma part…..? ce serait peut-être le licenciement….pour avoir refuser de me, nous, octroyer un extrème moment de plaisir inouie…..finalement, le jeu en vaut bien la chandelle……je continue de me laisser faire…..après m’avoir relevé la jupe, elle m’assoit sur son bureau …après avoir fait valser par terre tous les documents qui s’y trouvaient…..elle me baisse à nouveau le collant….puis elle écarte le string et me fait un cunni…..d’enfer…..je jouis pour la xième fois de la journée…..je suis au bord de l’épuisement……elle attrappe mes escarpins, me les enlèvent et les envoi voler à travers son bureau….j’entends le bruit du cuir ou des talons lorsque mes souliers percutent le sol…..puis elle me relève et me demande de m’occuper d’elle……voyant que je n’ose pas, et que surement aussi je ne sais pas y faire….avec une femme….elle me rassure…..”t’inquiètes, si tu es maladroite, je te guiderai….par contre si tu n’essayes pas ….je te punis encore une fois……”voilà qui est clair…..je dois déjà avoir le cul rouge…Enfin, je peux m’occuper d’elle comme il me plaît, enfin je peux savourer ma vengeance toute relative….Elle m’embrasse par ci, par là, plein de doux baisers volés pendant que j’enlève la boucle de sa ceinture, la fait glisser puis je dégraphe sa jupe puis je détache sa chemise. elle est toujours aussi sexy. mon excitation me fait mordre ma lèvre inférieure. elle est presque entièrement nue maintenant, j’en salive. ne reste plus que ses bas, sa culotte et son soutien-gorge…..Je suis complètement envahie par le désir, ses mains caressent mon corps , je la fait allonger sur le canapé de son bureau puis me place à califourchon sur elle.elle ferme les yeux. Je voudrais ne pas la toucher et pourtant ma mouille laisse des traces sur ton buste doré alors que je remonte jusqu’à son visage pour me coller sur sa bouche. Je me colle à elle, je me frotte, je me fais baiser par sa langue. ses mains sont sur mes fesses, une nouvelle claque sur mon cul déjà rouge résonne dans la pièce….ses doigts jouent. Je suis trempée. Viens sur moi me dit elle….! elle veut que nous soyons sexe contre sexe…..Je ne réponds pas. Je profite de sa langue fouineuse et tendue, curieuse et douce comme une caresse incessante. C’est tellement bon. Je suis parcourue de frissons, j’ai tellement envie de la sentir en moi et pourtant , une nouvelle fois, quand elle me murmure viens sur moi ! je réponds non, pas maintenant …..elle se dégage de mon emprise, se lève, va dans une armoire, en ressort 1 foulard.elle s’approche de moi, je sens la curiosité dans ses yeux brillants. Ils semblent sourire eux aussi…..elle bande mes yeux, puis je sens qu’elle passe sa langue sur mes lèvres …elle est au summum de l’excitation et moi aussi…..je n’ai jamais, je dit bien jamais ressenti une telle excitation de toute ma vie…..est ce la fessée, est ce elle, ou est ce le piment de l’interdit….? ou tout à la fois….je suis assise sur le canapé de cuir…celui-ci est froid….et contraste avec la chaleur de mon postérieur….elle s’installe alors face à moi, entre mes jambes. elle est à quelques centimètres de ma … elle s’assoie en tailleur et me demande de regarder son sexe dégoulinant …..elle m’enlève le bandeau….son index se glisse entre mes lèvres, elle regarde mon clito qui gonfle…..ça coule, ça dégouline encore et encore……….elle me propose d’aller à l’hotel……Une lueur d’espoir jaillit dans ses yeux. Ça m’excite terriblement…..à mon tour de la caresser…..j’accentue ma caresse, je me lèche les doigts avant de les glisser à l’intérieur de mon vagin. J’accentue ce va et vient en frottant mon clito à chaque passage, descendant parfois jusqu’à caresser mon petit trou.Je ne peux plus me retenir, j’atteins l’orgasme dans un hurlement puissant, je suis secouée de violents spasmes. elle me regarde ébahit : … Je me relève, vient me coller de nouveau sur sa bouche.Je me redresse et viens lui donner un baiser passionné et langoureux, nos langues dansent sur un rythme doux et sucré.nous sommes maintenant debout l’une et l’autre…..chacune avec un ou plusieurs doigts dans l’intimité de l’autre tout en nous embrassant …..elle n’a plus que ses bas….moi il me reste encore mon collant et ma culotte qui ont rejoint mes chevilles….ma jupe et mon haut ont valsés dans la pièce…je ne me souviens même plus à quel instant précis….entravée par ce qu’il me reste de vêtements aux chevilles, je ne peux pas beaucoup bouger….je suis bien loin de penser à Claire elle, dont la volée de bois vert reçu aujourd’hui m’avait terriblement excité….. Peut-être, elle aussi, est elle en train de faire l’amour après s’être faite sévèrement corriger par son mari….ma chef me repropose d’aller à l’hotel….je lui dis que j’ai un plaisir inouie d’être avec elle….mais que si à l’avenir nous voulons renouveller ces moments charnels, il me faut ne pas rentrer trop tard pour ne pas éveiller les soupçons de mon mari…..elle me comprend, et elle n’insiste pas. elle me propose que nous nous rhabillons…..les vêtements sont éparpillés un peu partout dans son bureau….je ne l’ai jamais vu dans un tel état….son bureau….mais elle aussi tout compte fait….et moi non plus d’ailleurs….je n’ai jamais été dans un tel état d’excitation…..puis, nous faisons chacune, séparément un passage aux toilettes pour nous recoiffer, remaquiller….de mon côté, j’en profite également pour vérifier l’état de mes fesses….la dérouillée a laissé des traces….j’ai interêt à rester habillée le plus longtemps possible ce soir afin de ne pas montrer mon cul à mon mari….dans l’ascenseur qui nous ramène au rez de chaussée, nous nous embrassons une dernière fois langoureusement…..nous croisons dans le hall des femmes de ménage et le gardien…..nous nous dirigeons vers nos voitures respectives…un dernier regard complice…..il est 20h30 environ….il fait encore jour….ma chef me rappelle le fameux dossier qui n’est pas terminé…..qu’elle me propose de venir finir demain…..dans son bureau….sur le trajet du retour, une foule de sentiments ambigus traverse mes pensées….je vais devoir reprendre mes esprits avant de rentrer chez moi…..le siège de la voiture me rappelle un douloureux mais au combien excitant souvenir pas si vieux…..le collant à son tour me rappelle qu’après une telle rouste, des bas , n’auraient pas été en contact avec la peau des fesses…..que vais je dire à mon mari….? je ne me vois pas lui dire que je rentre si tard parce j’ai été punie au bureau…..encore moins que cette punition s’est conclut par….un instant magique…..une fois à la maison, je suis étonnée de voir avec quel aplomb et avec quelle assertivité j’arrive à faire croire à mon mari que ma journée a été harassante et que demain matin je vais devoir encore partir tôt pour finir ce fameux dossier…..je suis tellement épuisée, que je vais m’endormir rapidement sur le canapé….mon mari me laissera tranquille….et le lendemain, à la douche, les fesses étaient redevenues…..toutes blanches…..comme neuves….

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Bir cevap yazın