Tout vient à point…

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Tout vient à point…J’ai commencé à travailler à dix-huit ans et j’étais toujours amoureux d’une fille qui ne m’aimait pas et d’ailleurs, je n’avais jamais osé lui en parler si bien que presque tous les jours en sortant du boulot, je passais par le bois et je me branlais en pensant à elle. Je me branlais aussi dans mon lit et dans les chiottes de l’usine si bien qu’un jour mon chef m’avait dit que je devrais dormir un peu plus la nuit si je voulais continuer à bosser pour lui.Je n’en avais rien à faire mais c’était mon père qui m’avait fait entrer dans cette usine et je vivais encore chez mes parents.Je me souviendrai toujours de ce soir-là dans le bois. Je posais mes couilles sur une barrière et je me branlais en regardant au loin.- Tu veux un coup de main, m’a fait une voix féminine ?Je me suis retourné en oubliant de remballer la marchandise et j’ai reconnu une fille que j’avais connue au lycée et au lieu de lui répondre, je me suis enfui au travers du bois, complètement paniqué. Elle n’était pas seule car il y avait un autre fille avec elle.Le lendemain qui était un samedi, j’accompagne ma mère qui fait les courses de la semaine et je tombe né à nez avec cette fille qui m’avait vu et qui, elle aussi, faisait ses courses avec ses parents.J’ai pressenti une catastrophe mais la fille s’est contentée de me faire un sourire et je l’ai perdue de vue dans la foule.Je l’ai retrouvée le soir même en allant au cinéma. Elle faisait la queue comme tout le monde mais elle a fini par se retourner et elle est venue à côté de moi. Elle m’a dit qu’elle ne dira rien à personne puis elle a demandé deux places et je me suis assis à côté d’elle. Elle avait voulu qu’on se mette au dernier rang de la salle.Peu après le début du film, elle s’est penchée sur moi et elle m’a embrassé sur la joue et comme je ne réagissais pas, elle m’a demandé si je préfère me branler. Une femme à deux rangs devant nous nous a dit de nous taire. La fille a continué et elle a mis sa main sur ma braguette et elle à commencé à me palper et je lui ai demandé ce qu’elle veut. La femme qui avait déjà râlé parce qu’on parlait pendant le film n’arrêtait pas de se retourner. La fille a sorti ma bite de mon pantalon mais elle s’est arrêtée là. Elle m’a demandé pourquoi elle ne me plait pas. Elle m’a demandé pourquoi je n’aime pas ses nichons.J’étais tellement timide à l’époque que je n’arrivais pas à réagir. La fille a sorti ses seins de son corsage et de soutien-gorge. Je regardais de côté et je voyais ces deux ballons blancs surmontés de tétines rouges foncées. J’avais vu des seins à la plage mais ce n’était pas la même situation. Les seins de la fille luisaient presque dans l’obscurité de la salle. Elle m’a dit de les toucher parce qu’elle en a envie et elle m’a pris la main et elle l’a posé sur ses seins. La femme s’est encore retournée et elle nous a dit si on va enfin se taire.La fille a renfermé sa poitrine et on a attendu la fin du film. J’avais la bite à l’air et je bandais et la fille a posé ses doigts dessus et elle m’a branlotté et tout à coup, j’ai joui et j’en ai mis partout sur le siège devant moi et la femme s’est encore retournée et j’ai vu son visage courroucé puis elle s’est retournée vers l’écran.- Elle est jalouse, a fait la fille à haute voix ! Viens, on s’en va !J’ai remballé ma boutique et je m’en suis mis plein sur le pantalon puis j’ai suivi la fille. Une fois dans la rue, elle s’est mise à rire.- T’es timide, m’a-t-elle encore dit ! C’est pour ça que tu te branles dans les bois !Ce n’étaient pas des questions et elle avait raison. Je lui ai demandé ce qu’on fait maintenant et elle m’a dit qu’on peut aller chez elle et je l’ai suivie. Une fois dans sa chambre, elle m’a fait allonger bras en croix sur son lit. Elle m’a retiré ma chemise et mon pantalon. Ma bite gonflait mon slip.- Je suis vierge, tu ne me feras pas mal, m’a-t-elle avoué !Je lui ai dit de se déshabiller. Elle s’est allongée à côté de moi et je me suis couché sur elle mais ça ne semblait pas très pratique. La fille a sorti un livre de dessous son lit et elle m’a montré un dessin intitulé : la levrette et elle m’a demandé de faire comme ça. Elle s’est mise tuzla escort à quatre pattes et je me suis agenouillé derrière elle mais j’étais si déboussolé que je me suis enfoncé dans son anus. Je ne m’en suis aperçu qu’après avoir joui quand j’ai vu mon sperme sortir de son anus. La fille n’avait pas réalisé que je m’étais trompé de trou. Elle m’a juste dit que ce n’est pas juste, que j’ai joui et pas elle et je lui ai dit de se masturber devant moi. Elle m’a demandé si je le veux vraiment et elle s’est exécuté mais il était clair qu’elle était vraiment maladroite et je lui ai demandé si elle l’a déjà fait et elle a rougi et elle m’a avoué que sa mère lui a dit que c’est mal de faire ça. Qu’une femme doit attendre d’être mariée pour faire le sexe avec son mari.Je lui ai répondu qu’on pourrait se marier parce qu’on a l’âge légal, elle seize, moi dix-huit. En rentrant chez moi, j’ai dit à mes parents que je veux me marier et ils m’ont tout de suite répondu que je me marierai quand je gagnerai ma vie et qu’en attendant, je continue mes études.J’ai revu la fille quelques semaines plus tard et après m’avoir embrassé sur la joue, elle m’a dit qu’elle a quelque chose à me dire. On s’est isolés sur un banc puis elle m’a dit que je m’étais trompé de trou.- Comment-ça, lui ai-je demandé ?Elle m’a dit que je me suis enfoncé dans son derrière et que c’est pour ça qu’elle n’a pas joui. Je lui ai demandé si elle veut qu’on réessaye et elle m’a répondu qu’on ne se trompera pas cette fois-là. Nous sommes retournés chez elle et cette fois, j’ai fait très attention et au bout de dix minutes, j’ai tout lâché dans son trou de devant. Enfin, il n’est pas vraiment devant et mais plutôt dessous.J’avais bien vu que la fille avait joui. Elle avait aussi griffé sa poitrine.- C’était comment, m’a-t-elle demandé ?- C’est surtout toi, lui ai-je répondu ! Tu as joui ?- Le plus important, c’est toi, a-t-elle ajouté ! C’est toi l’homme et il faut que tu sois content !Je ne savais pas si j’étais content. Je m’étais excité dans son trou et j’avais senti monter mon plaisir. J’avais un peu paniqué quand la fille avait eu son orgasme mais je m’étais contrôlé. Après, quand j’avais explosé, j’avais été fier de moi.- Tu m’aimes, m’a encore demandé la fille ? On recommencera ?- Maintenant ?Elle m’a dit que je peux si je le veux mais je ne bandais plus et je savais par expérience qu’il me fallait un moment avant de bander à nouveau. Quand je me branlais, il m’arrivait de le faire quatre fois de suite et même cinq fois, à avoir mal au bras et à jouir à sec.- Embrasse-moi les seins, m’a demandé la fille !Je lui ai embrassé les seins. J’avais tellement fantasmé que j’ai été un peu déçu. Ma mère disait qu’après tout ce ne sont que des morceaux de viande. J’avais vu dans une bédé deux filles se faire des minettes et j’ai voulu en faire une à la fille. Je lui ai fait écarter les jambes et je me suis agenouillée et j’ai collé ma bouche sur sa chatte et je me suis servi de ma langue mais la fille a fini par me dire que je ne suis pas doué et je me suis redressé, plutôt vexé par sa réflexion.- C’est ça, lui ai-je répondu ! Dis-moi que c’est un truc de filles !Elle a rougi.- Faut que je te dise un truc, a-t-elle ajouté ! J’ai fait l’amour avec une fille quand j’avais quatorze ans !J’ai été sidéré mais d’un autre côté, je trouvais ça plutôt excitant et j’ai recommencé à bander. J’ai enjambé la fille et je lui ai tenu les bras écartés.- Alors, raconte-moi, lui ai-je demandé !- Elle m’a embrassée par surprise, a commencé la fille ! Ou plutôt, j’avais envie qu’elle m’embrasse ! Je me suis toujours demandé si je pouvais être lesbienne, alors…- Et à part les baisers, vous avez fait quoi, ai-je insisté ?- Ce que tu m’as fait, avec la langue, m’a répondu la fille ! Elle avait la langue plus longue et plus pointue que la tienne, a-t-elle ajouté !- Elle t’a fait jouir ?- Oui !- Tu lui a fait toi aussi ?- Oui !J’imaginais la scène.- Est-ce que tu m’aimes, m’a encore demandé la fille ?Je lui ai répondu que je crois que oui mais aujourd’hui je crois que c’était à cause de son histoire de gouine que j’étais attiré par elle. On a continué à se voir tuzla escort bayan et à sortir ensemble et à faire l’amour. Je n’avais même pas imaginé qu’elle pouvait me sucer la bite mais quand elle me l’a fait, j’ai pris mon pied et je lui ai même joui dans la bouche et je l’ai pressée d’avaler mon sperme et elle l’avait fait.C’était vers Noël. Ça faisait un an qu’on se fréquentait avec elle. Je l’ai rencontrée par hasard dans la galerie commerciale. Elle était avec une copine, justement celle avec qui elle m’avait aperçu en train de me branler dans le bois et l’autre m’a reconnu.- T’es avec lui, a-t-elle demandé à ma copine ?Je lui ai répondu qu’on pourrait faire un truc ensemble mais elle a compris autre chose à ma proposition.- Ah, oui, m’a répondu l’autre fille ? On peut faire ça à trois ?Elles sont parties ensemble. Un peu plus tard, j’ai retrouvé ma copine et elle m’a tout de suite dit que si sa copine veut faire l’amour avec moi c’est pour pouvoir le faire avec elle.Moi, je ne me posais pas de questions. Que sa copine veuille de moi pour avoir la fille, ça me dépassait. Néanmoins, j’ai accepté et j’ai regarde les deux filles se gouiner mais c’était à sens unique. L’autre fille s’acharnait sur ma copine qui me lançait des regards éplorés même si par moments elle y prenait du plaisir. L’autre l’embrassait partout et elle lui passait le bout de sa langue dans l’anus. Du coup, je me suis décidé à les rejoindre et il y avait les fesses de l’autre fille, bien plus belles que ceux de ma copine. Il y avait sa vulve de pute qui aurait quarante ans d’exercice et il y avait son petit trou. C’est là que j’ai posé le bout de ma bite et j’ai enfoncé mon gland.- Qu’est-ce que tu fais, s’est étonnée l’autre fille qui léchait la fente de ma copine ?- Je t’encule, lui ai-je répondu tout en continuant à m’enfoncer.C’était difficile parce qu’elle ne l’avait jamais fait.- Je t’encule, lui ai-je répété !Les deux filles étaient empêtrées dans un corps à corps. L’autre fille s’agrippait aux seins de ma copine. Je m’agrippais à ses hanches et ma bite bien au fond, j’ai commencé à pomper.- Je suis pas une putain ! Tu me fais mal, m’a dit l’autre fille !- Punis-là, m’a crié ma copine !Je suis allé jusqu’au bout et j’ai joui dans l’anus puis les deux filles se sont décollées. L’autre fille était vraiment furieuse. Elle s’est essuyée dans les draps puis elle s’est rhabillée et elle est partir en nous hurlant qu’elle se vengera. Une demi-heure après, la mère de ma copine est rentrée. On avait eu le temps de se rhabiller et remettre un peu d’ordre dans la chambre. Elle m’a tendu la main quand ma fille m’a présenté puis elle nous a dit qu’on est encore un peu jeune et qu’elle espère qu’on ne fait pas de bêtises.- Vous avez l’air d’être un garçon sérieux, m’a encore dit la mère !Le samedi suivant, je suis sorti avec ma copine et je l’ai emmené dans une petite rue, là où il y a un sex-shop et un salon de tatouage et piercing et je lui ai fait percer les deux mamelons et aussi mettre un anneau au clitoris puis je lui ai offert un plug anal qu’elle a mis tout de suite.J’étais fier d’avoir une copine aussi jolie qu’elle. Il y avait bien d’autres garçons qui lui couraient après mais je savais qu’elle serait fidèle. Quand elle a eu dix-sept ans, elle a réussi à convaincre sa mère de la laisser avoir un anneau au nez, pas aux ailes du nez mais au milieu du nez, comme les vaches. J’étais un peu surpris mais ma copine m’a dit qu’elle aime ça mais elle ne le mettait que le week-end pour sortir avec moi.Je ne sais pas si c’était parce qu’on faisait l’amour mais sa poitrine avait forci et elle faisait maintenant du 85C mais la première chose qu’elle faisait quand on était ensemble, c’était de retirer son soutif et sa petite culotte et elle m’avait dit un jour que comme ça, elle est prête quand j’ai besoin de me vider les couilles.J’avais remarqué qu’elle aimait bien utiliser des mots vulgaires. Elle parlait de sa chatte, de ses trous, de baiser, d’enculer plutôt que de sodomie. Elle me répétait que j’aime ça et je lui avait dit qu’elle est une pute. Un jour, elle a soulevé sa jupe et elle m’a montré ce qu’elle s’était escort tuzla fait tatouer sur le ventre : le Puits d’Amour avec une flèche qui descendait sur sa chatte. Quelques semaines plus tard, elle m’a montré une autre inscription : le Puits Perdu, juste au dessus de son anus mais ce n’étaient que de faux tatouages qui se sont effacés peu à peu, contrairement au petit cœur qu’elle avait fait tatouer pour de vrai entre ses seins.J’avais vingt ans, elle dix-huit. Je passais de plus en plus de temps avec ma copine et je passais même des nuits dans sa chambre. Sa mère était infirmière et elle nous avait mis un jour un paquet de capotes sur le lit mais on ne s’en est jamais servi. Quand c’était dangereux de faire l’amour dans le vagin, on se repliait sur la bouche et l’anus. C’était devenu un réflexe et il suffisait que ma copine me le dise.Un jour, elle m’a quand même dit qu’elle voudrait bien être enceinte mais elle a ajouté qu’elle m’a dit ça pour me tester. Puis elle m’a demandé si je l’épouserais si elle était vraiment enceinte. Ma grand-mère est morte peu de temps après et j’ai récupéré son logement. Je travaillais dans un bar en dehors de mes études. Ma copine venait m’y retrouver de temps en temps. Elle regardait les clients et surtout les clientes et elle n’a pas tardé à me prévenir que plusieurs femmes avaient l’air de m’apprécier.- Et, lui avais-je demandé ?- Tu baiserais bien avec elle si je n’étais pas ta copine, m’a-t-elle répondu ! Tiens regarde cette brune qui fait semblant de ne pas te regarder ! Elle a une jolie paire de nichons ?- Si tu la baises, préviens-moi, m’a alors dit ma copine ! J’irai me faire tirer par un autre !Je n’avais jamais regardé mes clientes qui, comme les clients n’étaient que des verres à remplir. Quand ma copine est partie, la brune s’est approchée de moi et elle m’a demandé si c’était ma copine. Je lui ai répondu que ça ne la regarde pas.- Ça se passe comment au lit avec elle, a insisté la femme ?Je n’ai pas répondu.- Tu devrais essayer avec une femme qui a plus d’expérience, a ajouté la femme !Elle a écarté le col de son chemisier pour me faire admirer sa poitrine et soir après soir, elle m’a fait la même proposition. J’aurais bien voulu en parler à ma copine mais je n’osais pas puis un soir la femme a attendu que je finisse mon travail. Elle m’attendait au dehors et elle m’a dit que personne ne saura et que si ça colle pas entre nous, on se quittera bons amis. Je l’ai suivie et j’ai trouvé une experte. A côté d’elle, ma copine n’était qu’une pauvre petite gamine inexpérimentée. J’ai joui une première fois et la femme a sorti un gode ceinture et elle m’a proposé de l’essayer et elle m’a enculé et tout en m’enculant, elle m’a branlé et j’ai bandé comme un âne et la femme a mis une coupe sous mon ventre et elle m’a fait jouir dedans et j’en ai laissé plus que je n’en avais laissé en un coup jusque là et la femme m’a dit que je devrais être content et elle m’a proposé de partager mon sperme et elle a vidé la coupe dans deux verres à pied et on a bu chacun le nôtre et j’ai commencé à baiser régulièrement avec elle. Le soir, ma copine devait bien se douter de quelque chose. Un jour qu’on a parlé de mariage, elle m’a répondu que les tromperies, ça devra cesser. J’ai fait semblant de ne pas comprendre et elle m’a répondu que tant que je la tromperai elle me trompera et elle a ajouté qu’elle sait bien que je baise avec la brune du bistro.- Bon, je t’ai jamais trompé avec personne, a-t-elle ajouté mais je suis enceinte de toi et il faut qu’on se marie !J’ai rompu avec la femme. Deux mois plus tard, j’étais marié avec ma copine. Ses seins avaient pris de l’envergure et son ventre commençait à s’arrondir. Je n’arrêtais pas de la sauter, d’autant plus qu’elle en avait envie de plus en plus puis un jour que je la prenais en levrette, elle m’a avoué qu’elle a revu son ancienne amie et elle a ajouté qu’elle a baisé plusieurs fois avec elle.- Mais tu devais me le dire !On avait discuté de ce sujet et on s’était mis d’accord mais pas un de nous deux ne l’avait respecté cet accord.- Tu te gouines, ai-je demandé à ma femme ?Elle m’a répondu que c’est moins important que mes propres coucheries puis elle a ajouté qu’elle est d’accord pour qu’on continue tous les trois et depuis, sa copine partage de temps en temps notre lit mais depuis la naissance de notre fille, elle nous boude.Nul n’est parfait dans ce monde.

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Bir cevap yazın