Souvenirs d’adolescence

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Souvenirs d’adolescenceCe retour en mémoire me ramène au début des années 80. J’avais presque 17 ans et c’est à ce moment là que j’ai vécu ma seconde expérience sexuelle.Je pense avoir toujours été attiré par les hommes et ce depuis ma plus tendre enfance. A l’école primaire déjà, j’admirais les autres garçons, toujours plus âgés que moi. J’ai eu la chance de rencontrer, lorsque j’avais 13 ans, un homme bien plus âgé qui m’a guidé et m’a permis de découvrir la sexualité en général et les plaisirs au masculin en particulier mais il s’agit d’une toute autre histoire qui n’est, vous vous en doutez, pas très politiquement correcte. Peut-être vous la raconterai-je un jour si vous êtes gentils.Mais revenons aux débuts des années 80, à mes 17 ans et à mes vacances scolaires de cette année-là avec 2 copains. Philippe, de mon âge, et Olivier qui avait 3 ou 4 ans de plus que nous. Nous passions nos journées à des activités multiples et diverses sans grande importance. C’est ce qui se passait en soirée qui méritera votre attention.Nous dormions tous les 3 dans la même pièce, située dans une dépendance de la maison principale. Nous étions donc les « maîtres » des lieux et personne ne venait jamais nous déranger. Nous avions réussi à piquer quelques illustrés pornos au père de Philippe. Le soir, nous nous masturbions chacun de notre côté. Très vite cependant, nous étions dans le même lit mais sans attouchement, des copains qui se masturbent côte à côte et qui se regardent.Un soir, nous avons fait un strip-poker. Je joue assez bien au poker mais ce soir-là, je voulais perdre car je savais qu’une fois nu, les gages commenceraient. Vous devinez quel fut le premier gage et qui perdit. Olivier avait la meilleure main et fut donc désigné pour bénéficier du gage.Je fis mine d’hésiter un bref instant (aucun des deux ne connaissaient mon histoire passée), pris la queue d’Olivier en main et la mis en bouche. A peine muğla escort avais-je sa queue en bouche que je ressenti l’effet « madeleine de Proust ». Le gage était uniquement de prendre l’engin du gagnant en bouche mais, n’y résistant pas, je l’ai sucé pendant une minute ou deux.J’ai perdu la donne suivante, j’ai fait de même mais avec Philippe cette fois.Ce fut au tour de Philippe de perdre mais il ne s’exécuta qu’avec peine sur la queue d’Olivier, se contentant d’appliquer strictement la consigne et de gober l’engin. Olivier perdit la donne suivante à mon profit. A mon grand étonnement, il me suça réellement pendant quelques secondes.Quelques donnes furent encore jouées mais j’en désirais plus. J’ai donc proposé une dernière donne avec cette fois l’obligation, pour le perdant, de réellement sucer et de masturber jusqu’au bout non pas celui qui aurait la meilleure main mais les deux.J’ai triché très ostensiblement. Comme je le désirais, ils m’ont évidemment démasqué et je fus désigné comme étant le perdant. Je n’ai pas protesté du verdict. Philippe et Olivier se mirent côte à côte dans le lit, tout nu et leur queue bien en évidence. J’ai commencé à les masturber mais très vite ma main a été remplacée par ma bouche. Passer ainsi d’une queue à l’autre me remplissait d’un plaisir qu’ils n’imaginaient pas un instant. Mes souvenirs revenaient à toute vitesse, ce que j’avais appris aussi. Ma bouche enfournait complètement ces deux chibres, ma langue passait sur ces deux glands en prenant soin de ne rien perdre du méat qui s’en dégageait. Leurs couilles n’ont pas été oubliées.Malheureusement, la scène les excitait terriblement. Philippe (encore puceau) a été très rapide et s’est laissé aller directement au fond de ma gorge. J’en fus surpris mais heureux à la fois. Je goutais à nouveau la jouissance d’un mâle et n’en perdis pas une goûte. Bien entendu, ne voulant pas vexer Olivier, je escort muğla mis un point d’honneur à lui procurer le même service. Il se libéra très vite après et très abondamment. Rien ne fut perdu, tout fut avalé.Les jours suivants, il leur était devenu évident que ce n’était pas la première fois pour moi tant je mettais de l’élan à les sucer. Philippe se laissait faire. Olivier aussi bien qu’il ait une fois ou deux pris ma queue dans sa bouche. Rien à voir avec la passion que j’avais vécu avec E quelques années auparavant. J’étais aux anges, dégustant tous les soirs ces deux queues et ma petite madeleine.Un des derniers soirs, alors que je suçais Philippe à quatre pattes sur le lit, Olivier se mit derrière moi et commença à se caresser la queue contre les fesses et mon anus. A nouveau, une déferlante de souvenirs me submergea, le souvenir de la première fois où je me suis empalé sur le membre tant chéri d’E quelques années auparavant, du plaisir que je ressentais en sentant sa queue tressauter au fond de moi et me remplir de sa jouissance. J’ai laissé faire Olivier quelques minutes tout en continuant à gober Philippe. Mais, n’y tenant plus, j’ai commencé à faire des petits mouvements vers l’arrière pour inciter Olivier à aller de l’avant. Il comprit, me pénétra un peu, j’ai eu mal et me retira. Je n’avais plus l’habitude ou alors étais-je moins bien préparé.Il était évidemment hors de question de rester sur un échec. La queue d’Olivier était épaisse. Celle de Philippe, plus longue mais plus fine. Je me suis humecté et préparé l’anus avec mon liquide et de la salive, me suis mis à quatre pattes et j’ai demandé à Philippe de me baiser. Il m’a pris sans la moindre douceur et je l’ai enfourné sans le moindre problème. Comme il n’avait jamais mis sa queue dans un trou, féminin ou masculin, il éjacula très vite et beaucoup. Techniquement, il a joui. Mais il ne sait pas à quelle hauteur muğla escort bayan fut ma propre jouissance. Quel bonheur pour moi de ressentir à nouveau un membre vibrer en moi, les jets chauds qui s’en échappe, ce miel qui coule de mon anus le long de mes jambes.Olivier était couché à côté de nous. Il observait en se masturbant.Philippe se retira de moi et de la pièce pour aller fumer une clope.Je me retourne vers Olivier. J’ai le cul plein de sperme et j’ai envie de lui. Il avait déjà fait l’amour avec des femmes. Il serait mieux s’y prendre. Je retire sa main de sa queue lui suggérant ainsi « laisse toi faire, je m’en occupe ». Je suis à quatre pattes à côté de lui, le sperme de Philippe coule sur mes cuisses. Je prends sa queue avec la main gauche et la mets en bouche pour bien la durcir et la mouiller. Ma main droite excite mon antre et joue avec le sperme qu’il contient.Je veux me mettre à califourchon pour m’empaler sur lui mais il me repousse doucement, m’embrasse comme si j’étais une femme et m’invite à me mettre en levrette. Il commence à jouer avec son gland contre mon anus et le sperme de Philippe qui en ressort. Sa queue rentre doucement dans mon cul et malgré tous les lubrifiants naturels qu’il contient, j’ai un peu mal mais je m’en fous. Olivier sait y faire. Il entre doucement et une fois à fond de cale, il ne bouge plus, me laissant le temps de me dilater. Ses vas-et viens commence alors et ma jouissance grimpe à la vitesse de l’éclair. Je ne me touche pas mais je sens mon sexe aller vers l’explosion. Mon corps tremble, je me consume de l’intérieur, je jouis de l’intérieur. Il va de plus en plus en vite en moi. Je ne tiens plus. J’explose en de longs jets dont certains atteignent mon visage posé sur mon oreiller. Olivier explose à son tour dans mon cul.Je veux garder ces spermes en moi. Je remets mon slip et vais dormir sans un mot mais après avoir pris soin de bien sucer la queue désormais molle d’Olivier pour qu’elle soit bien propre.Durant les quelques jours qui restaient, j’avais tous les soirs le cul ou la bouche ou les deux gorgés de sperme. Philippe me baisait et je faisais l’amour avec Olivier.Merci de m’avoir lu.

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Bir cevap yazın