Sortie nocturne

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Sortie nocturne23h32Je vais me coucher. J’enfile une nuisette et entre dans la chambre. Mon mari est encore tout habillé.” Mets ça, on va faire un tour”Il me tend un bandeau opaque. Je le regarde interrogative. Qu’a t’il prévu ?Lui faisant confiance, il me connait tellement bien, j’enfile le bandeau.Il me prend par la main et m’entraine dans les escaliers direction le garage, me fait monter dans la voiture avec précaution et démarre.Je suis à ce point étonnée de son audace que j’ai oublié que je suis uniquement vêtue d’une nuisette courte.On roule. Pendant des plombes. Sans dire un mot.Je sens une chaleur perverse envahir mon ventre, je suis finalement très excitée par ce nouveau scénario. J’ai toujours la liste de nos fantasmes à l’esprit, je sais que lui aussi.La voiture s’arrête. Mon mari ouvre ma fenêtre passager. L’air frais me saisit. J’entends au loin des animaux nocturnes, j’ai l’impression que nous sommes dans une forêt.Il me fait attendre là, sans bouger, pendant de longues minutes. Puis :” Sors la tête par la fenêtre”J’obéis.J’entends des pas sur les feuillages, plusieurs. Un faisceau de lampe torche vient titiller mes yeux bandés.” Ouvre la bouche” Ses ordres sont précis, clairs, l’impuissance temporaire de mon mari l’a rendu autoritaire, dominateur. Ça me plait !Un premier sexe tout mou vient se poser dans ma bouche. Il sent un peu le ragondin mouillé mais je l’accepte quand même et m’efforce de le faire durcir avec mes lèvres bien serrées sur lui. Ça marche, la queue inconnue prend du volume, je la sens même se tendre à bloc quand tout à coup l’homme saisit mes joues et l’enfonce dans ma gorge en râlant pour décharger son foutre sans prévenir. Je suis surprise mais j’accueille sa giclée sans problème dans ma gorge qui se remplit doucement.Il a à peine fini qu’une deuxième bite le remplace. Des mains surgissent pour toucher mes seins, vérifier la marchandise.” Mets toi à genoux sur le siège”Je me mets en position, sans lâcher la queue qui s’active dans ma bouche et je sens un gode pénétrer ma chatte trempée. Le plaisir est immédiat et me fait sortir de ma passivité.Je saisis des deux mains la bite de l’inconnu et commence à lui tailler une vraie pipe de chiennasse comme je sais faire.L’effet est garanti. L’homme ne tarde pas à lâcher la purée pendant que mon mari me baise avec le gode en me titillant le clitoris. C’en est trop….le goût du foutre que j’avale me procure un premier orgasme grâce aux doigts agiles de mon mari.Ça y est, je suis passée en mode jouissance absolue… j’en veux encore des bites inconnues qui visitent ma bouche. Je suis comblée, une troisième, plus grosse, vient s’introduire bursa escort entre mes lèvres. Je palpe les couilles qui sont dures et bien épaisses et le suce avec méthode. Mon mari change de trou, sors le gode de ma chatte et le présente à mon anus, étalant ma mouille pour le faire entrer sans tarder dans mon cul.C’est mon gode préféré, le rouge avec un gros gland, dès qu’il entre en moi je décolle !Je branle la grosse queue dans ma bouche à toute vitesse. Je veux jouir par le cul en avalant son sperme. Le traitement est radical, l’homme se déverse en moi en m’inondant la gueule pendant qu’un autre m’envoie son éjaculation sur le visage.Le goût et l’odeur de leur foutre me met en transe, je pose une main rageuse sur mon clitoris pour me délivrer.Le gode va et vient dans mon petit trou, mais pas assez vite, pas assez loin. Je m’empale dessus pour lui faire activer le mouvement. J’en profite pour le faire entrer tout au fond de mon cul, je saute littéralement dessus, mon mari ne fait plus que le tenir à la base, droit sur le siège. Il commence à y avoir du bruit autour de la voiture, plusieurs hommes sont là, les bites se succèdent, je les pompe, tire la langue pour recueillir les jus, surtout concentrée sur la jouissance que je fais monter dans mon cul. Un homme m’enfonce son gros dard dans la gorge, au plus profond, je m’accroche à ses hanches pour le laisser faire. Son gland explose dans ma trachée de longs traits de foutre. L’impression est divine, me fait tourner de l’oeil et partir en orgasme sur le gode enfoncé tout au fond de moi.L’agitation cesse. Des pas s’éloignent et revient le silence relatif de la forêt.Mon mari est devenu vraiment pervers. Il m’essuie le visage avec un mouchoir en papier et redémarre.Je suis encore excitée et commence à me caresser doucement dans la voiture. J’aurais bien aimé prendre un coup de bite quand même, être introduite par autre chose qu’un gode en plastique…Nous roulons un peu puis il s’arrête à nouveau. Il me fait descendre en me tenant par la main et nous marchons un peu. L’air est frisquet, je suis si peu couverte, mais la marche me réchauffe un peu.On commence à entendre du bruit. Des bruits métalliques. Il y a une odeur d’essence, de cambouis. On doit être dans un parking ou près d’un garage, peut-être d’une station service.Mon mari me guide jusqu’à ce que j’imagine être un banc, installe une couverture sous mes genoux (délicate attention…) et m’installe en levrette dessus, les mains appuyées au dossier.Je sens une petite brise fraiche parcourir ma raie qu’il me fait écarter avec sa langue puis en me fourrant le gode dans l’anus. Il l’enfourne complètement bursa escort bayan et se met à écrire quelque chose au marqueur, dont je reconnais l’odeur, sur le bas de mon dos.”Appelle les”J’ai compris, on doit être sur un parking de routiers, entourés de camions. Les hommes doivent se faire leur branlette du soir dans la cabine. Je suis offerte sur un banc, le cul engodé, le visage encore plein de sperme séché, les yeux bandés. La sensation d’abandon est incroyable. J’appelle.”Hé ho…””Plus fort””Hé ho !!”Mon mari m’arrache le gode d’un coup sec. Je crie. Il le remet d’un coup sec. Je crie encore. Il continue, me faisant chouiner plus fort. Des portes de camion s’ouvrent et se ferment, des pas se font entendre, puis des voix, étrangères, on dirait de l’allemand ou du hollandais. Je n’y comprends rien mais je commence à sentir la chaleur de leurs corps qui se rapprochent. Ils ont l’air d’être nombreux, au moins six ou sept, ils sifflent d’admiration en me tournant autour. Personne n’a encore osé me toucher.Mon mari a retiré le gode, laissant mon anus béant en libre service. Il éclaire mon cul offert à tous vents avec une lampe torche puissante.Ça y est, quelqu’un pose ses grosses pattes sur moi, j’entends des braguettes qui se défont entre les rires gras, les exclamations. On doit m’insulter dans toutes les langues. Je ne sais plus où est mon mari, j’ai un peu peur, est-ce qu’on ne va pas trop loin cette fois ?Je n’ai pas le temps de gamberger, un crachat atterrit sur ma raie et une première queue commence à m’enfiler par derrière. La surprise est de taille, la bite est très épaisse et martyrise mon anus. Ça y est, le plus gros est passé, les mains me tiennent fermement aux hanches et le gros sexe démarre un va et vient nerveux, avec des grands coups de bassins dans mon cul, faisant bailler mon sphincter. Mais putain que c’est bon ! Je gémis, tout mon corps se cambre pour faire entrer cette queue au plus loin dans mes entrailles. Je n’y arrive pas, son sexe doit être épais et court, il ne va pas jusqu’au fond et me laisse sur ma faim.Plusieurs mains me touchent, me palpent pendant qu’il m’encule, je sens l’odeur des sexes qui sont tout près de mon visage. J’ouvre la bouche pour bien leur indiquer la direction. Plusieurs torches s’allument encore pour admirer ma grimace. Et on me fait goûter un premier gland qui étouffe mes gémissement. Mon enculeur est déjà en train de jouir, il a gueulé bien fort et s’est immobilisé dans mon anus, délivrant sa semence.Depuis combien de temps n’ont-ils pas joui tous ces hommes, depuis combien de temps n’ont-ils pas baisé ? Où est mon mari, je ne l’entends plus…Ils escort bursa doivent être à la file indienne derrière moi car une seconde queue vient me sodomiser. Profitant du sperme du premier il glisse en moi facilement et me donne beaucoup de plaisir. Je sens qu’il va me faire jouir très vite, ses mouvements de reins sont parfaits, déroutants, puissants. Mon anus n’est plus qu’une zone de plaisir intense, je suis tellement concentrée dessus que je remarque à peine les giclées de sperme qui éclaboussent mon visage. Des doigts me font alors ouvrir la gueule en grand, me tiennent la tête droite pour que les hommes visent bien leur cible. Je reçois une autre éjaculation, bien au fond de la bouche, qu’on me referme pour m’obliger à avaler puis qu’on m’ouvre en grand à nouveau pour les suivants. Celui qui me sodomise lâche aussi la purée dans mon anus avec des petits cris d’enfant.L’image de mon ventre se remplissant de sperme des deux cotés me fait délirer, je pose ma main sur mon sexe sentant la jouissance proche et je pars en orgasme quand une troisième queue, énorme, pourfend d’un trait mon trou du cul souillé.J’éjacule enfin ! Je sens ma fontaine qui se déclenche, qui libère ses eaux. Depuis combien de temps le barrage n’avait pas sauté ? Je ne sais même plus mais là, ce sont les grandes eaux ! Ma chatte libre expulse son jus par jets violents, à chaque poussée dans mon anus. Les hommes sont surpris, s’exclament. Les femmes fontaines ne sont pas si nombreuses apparemment. J’entends qu’on fait venir un chien pour lui faire goûter ma jouissance par terre, sur le banc. Je sens sa truffe se coller à mes fesses, sa langue chaude se poser dans ma raie pour laper le sperme qui coule de mon anus.L’instant est incroyable, démesuré, je fonds littéralement sous ses léchouilles .On le dégage et une dernière queue m’introduit par derrière. Je crois reconnaitre mon mari. Oui c’est lui, je le sens à sa façon de bouger en moi. Il bande dur et jouit très vite, après quelques allers retours il se soulage dans mes entrailles, en silence.Tout le monde a jouit on dirait, les camionneurs remontent dans leurs cabines.Mon mari met la couverture sur mes épaules et me guide jusqu’à la voiture et nous partons. Au bout de quelques kilomètres le chauffage me fait du bien, me fait reprendre mes esprits. Suis-je folle d’accepter tout ça ? La soumission dans laquelle il me vautre. Mes pulsions sont tellement bestiales par moments qu’elles me font peur. Jusqu’où celà va t’il nous mener ? J’ai déjà l’impression d’être allée trop loin.Nous rentrons à la maison en silence. J’ôte mon bandeau une fois sous la douche et me détends sous l’eau bien chaude que je laisse couler longtemps sans bouger.Quand j’entre dans le lit, mon mari est en train de lire une bd comme si de rien n’était, comme une fin de soirée normale.”Qu’est-ce que tu as écrit sur mon cul ?””Only anal”, pourquoi ?

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Bir cevap yazın