Photographe 20

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Photographe 20Récit envoyé par un ami photographeLe lendemain de mes extravagances avec La femme de mon patron, je reçois un SMS de Suzie qui m’annonce :« Je viens avec un copine, Angélique, Je suis certaine qu’elle va te plaire. Voilà ; On voudrait utiliser ton donjon pour une séance domina avec Karine. Je te paye 1000€ pour nous faire le reportage. Je t’envoie en mms la photo d’Angélique.»Je lui réponds aussitôt :« «Ha oui en effet ; Bon OK, ton projet me plaît bien, mais Karine va-t-elle être consentante ? »« On s’en fout c’est ni son problème, ni le tient ! »« OK à toute alors ! »Alors que je suis entrain de préparer mon matos pour le shooting et le donjon, Karine vient me voir.« Bonjour Alain !? Tu as un shooting de prévu ? »« Bonjour Karine ! Oui C’est Suzie qui vient avec une copine ! »« Ha oui ? Je vais pouvoir assister ? »Je rigole en la regardant :« Ho oui tu va assister. Tu vas même participer. »Je viens à peine de terminer ces paroles que ç sonne à la porte.« Justement Karine. Va ouvrir s’il te plaît ! »Sans trop savoir ce qu’il l’attend, Karine va ouvrir à Suzie et Angélique. Elle ne semble par surprise de les voir mais par contre, leur distance et la dureté de leur regard n’est pas habituelle. Sans un mot, elles s’approchèrent d’elle et la saisirent par les poignets. Suzie la pousse vers le donjon et en moins de deux minutes, Karine se retrouve solidement attachée, jambes écartées au maximum. La table et sa position, permet un accès à ses orifices . Curieusement Karine se laisse faire. Elle semble impatiente de savoir à quelle sauce les deux femmes vont l’utiliser sous mon objectif et mes yeux ravis. C’est Angélique qui met en place un spéculum dans son sexe et l’écarte au maximum, bien face à mon objo.Pendant ce temps Gaëlle place sur ses tétons des pinces et les actionne sans douceur. Karine se met à pousser de petits cris de douleur et à se tortiller sur la table. C’est adorable.Puis elle enserre ses seins à l’aide d’un carcan de bois, les serrant l’un contre l’autre. La souffrance monte, tout comme son plaisir et je dois dire le mien aussi. Ma queue est à l’étroit dans mon pantalon mais très pro, je continue de mitrailler. Je suis payé pour.Lorsque Angélique place des pinces sur son clitoris, Karine se cabre en poussant un cri de douleur. Suzie place ensuite des fils électriques sur les pinces métalliques et sur le spéculum. Angélique enfonce dans son anus un plug de belle taille lui aussi métallique et y fixe les fils également.Très tordue, Suzie dit à Karine en lui donnant un boîtier de commande :« Karine, tu as ici quatre boutons qui actionnent stimule les pinces sur tes seins, sur ton clitoris, dans ton sexe et dans ton anus. C’est compris ? »« Oui… » Répond-elle d’une vois blanche.« Tu peux modifier l’intensité des décharges en tournant le bouton juste au-dessous.  C’est toi qui les actionnera mais sous nos ordres et ceux de tes admirateurs. Tu devras leur obéir et t’infliger ce qu’ils t’ordonneront de faire, sans hésiter et sans discuter, sinon la punition sera exemplaire. »« Bien Suzie. » Dit-elle timidement. Angélique dit alors :«  Commençons, tu vas suivre les indications et les ordres que je te donnerai. Nous allons tester le matériel. Puissance minimale sur tes seins ! »Karine appuie sur le bouton après avoir choisi la puissance. Un léger picotement traverse ses tétons distendus, pas du tout douloureux.«  Même chose pour ton clitoris. »Là c’était déjà plus délicat, les picotements étaient plus marqués, mais très supportables.« Ton anus, maintenant… Les électrodes placées sur le spéculum. »Aussitôt, son vagin se contracte sous les impulsion éléctriques..« Puissance max maintenant ! »Angélique jugeant que Karine n’obéit pas assez vite, sans prévenir, cingle ses seins avec une cravache. Elle crie surprise sous la morsure du cuir. Mais elle ne lui laisse pas le temps de récupérer. Elle me la fait passer à la puissance supérieure et lui ordonne d’actionner toutes les électrodes en même temps. Karine hésite un peu et la cravache siffle à nouveau, cette-fois ci entre ses cuisses. Karine en criant de douleur obéis de suite. Tout son corps se tend sous les impulsions. Sa chatte ruissele de cyprine tendis que ses tétons son raides comme la justice.Karine se tend rudement sous les décharges maintenant importantes et douloureuses. Son clitoris la brûle, son sexe lui fait mal, son anus aussi et ses tétons semblent durs comme du bois. « Stop ! Arrêtes tout ! » Lance Angélique qui la laisse laissa récupérer en lui caressant les seins alors que Suzie léche sa chatte dégoulinante. A la limite de la jouissance, elles s’arrêtent et Suzie dit :« On reprend, puissance maximale dans ton petit trou que j’aime tant. »Son anus se contracte violemment. La douleur est forte. Lorsque son sexe est à son tour « électrifié », Karine se cabre de toutes mes forces, tirant sur les lanières de cuir. Ses cris et ses larmes ne changent rien, implacable les deux femmes lui m’ordonn de continuer par ses seins. La douleur sur nevşehir escort ses tétons est presque intolérable. Et pourtant, Karine sent sa jouissance monter. Suzie actionne elle-même l’électrode placée sur son petit bouton. Elle ressent alors une douleur fulgurante et le plaisir mêlés. Sa chatte coule comme une fontaine. Elle hurle non plus de douleur mais de plaisir. Angélique coupe le courant et enlève avec soins tout l’attirail qui occupait mes orifices. Sans lui laisser de répit, elle place sur son clitoris une bague métallique qu’elle tire arrachant un cri de douleur à Karine.«  Il est bien en place, c’est parfait, c’est très joli en plus, tu ne le quitteras plus sans mon autorisation. Bien compris ? »Elles détachent Karine lui ordonne :« Fais plaisir à notre photographe ! Suce le ! »Sans se faire prier, Karine sort ma queues et se met à la pomper avidement.Les deux filles la flatte sur ses talents de soumise. De temps à autres un martinet claque. Son sein gauche est zébré par une des deux lesbiennes. Malgré la douleur cuisante Karine continue de me sucer. Mais Angélique la veut pour elle.« A genoux, jambes écartées, bouche ouverte. Pour qu’on te voie bien pendant que je te pisse dessus ! »La pauvre Karine se met en position et Angélique découvrant son sexe luisant de mouille, s’approche et se lâche sur la figure de la jeune rousse. C’est la première fois que je vois devant moi une telle humiliation. Je prends des photos et Karine sait qu’elle seront diffusées sur le net se qui renforce sont humiliation. Elle se dit à se moment que si les potes de son homme tombent dessus, se sera terrible pour elle. Mais soumise, elle se laisse faire et semble même y prendre du plaisir.En fait, se retrouver exhibée et humiliée sur la toile, vue par tous ces gens, décuple son humiliation et son plaisir. Éberlué, je la vois même boire le nectar doré d’Angélique avec délectation et nettoyer sa chatte avec application. Suzie amusée par ce spectacle y met son grain de sel enlui ordonnant :« Lèche le sol et nettoie tes cochonnerie salope ! »Docile, Karine se met à nettoyer avec sa langue et son corps les souillures. Je bande comme jamais en prenant les photos. J’ai une envie folle de défoncer cette pute. Angélique, après quelques instants, lui désigne un poteau dans la le donjon. Elle lui passe un lourds collier de métal, y passe une chaîne et la fixe en haut du poteau. Suzie se rapproche de moi. Elle me prend dans ses bras et m’embrasse furieusement. J’en profite pour lui fouiller la chatte et m’apercevoir qu’elle est dégoulinante de cyprine.Angélique se saisit d’un beau gode, l’enduit de salive et pénètre le vagin accueillant de Karine qui se pâme de plaisir gigotant au bout de ses chaînes. Un second gode ne tarde pas à forcer le petit anneau de Karine qui semble y prendre énormément de plaisir. Suzie dit alors à Angélique :« Elle prend trop de plaisir ! Calmons là à coups de fouet ! »Karine ouvre grand les yeux comme prise de panique. Tout en lui laissant les deux gode bien enfoncé en elle, Lles fille se mettent à la rouer de cinglade de fouet. Le corps de Karine se balance sous le morsure pontué de hurlement et de supplique. Mais cette scène est chargé d’un tel érotisme.Voir Angélique et Suie prendre tant de plaisir à martyriser Karine qui malgré la douleur semble au bord de la jouissance m’obnubilait. Le corps de Karine est superbement zébré de trace rougeâtre. N’y tenant plus, je m’approche des deux fouetteuses et alors qu’elles continuent leur œuvre sur Karine, je glisse mes mains entre leurs cuisses et les fouilles ardemment.Soudain, Angélique m’ordonne d’arrêter. « Arrête tu va nous faire jouir salopard ! Prend le fouet occupe-toi de Karine. Tu lui défoncera le cul ensuite à cette petite traînée ! »N’osant pas frapper fort, je vise les cuisse et le ventre de la rouquine. Là, Angélique me dit :« Suzie va prendre les photos ! Alain, c’est sa poitrine que je veux que tu vise ! Exécution ! »Je suis choqué par le ton qu’elle prend avec moi et elle ne perd rien pour attendre la salope. J’obéis et commence le traitement des seins de Karine pendant de son côté Suzie prend les photos. Le premier coup cingle sur son sein droit. Elle crie. Sa peau est zébrée d’une fine trace rouge.« Cambre-toi mieux, sinon, je double ! » Lui crie Angélique.Le deuxième coup lui arrache lui aussi un cri de douleur.J’arrête le traitement, estimant que cela suffit. Karine pend au bout de ses lien gémissante. Je ne sais si c’est de douleur ou de jouissance. Mais certainement des deux. Suzie se love contre moi et me murmure :« Regarde ! Ces petites rouquines vicieuses, le stupre leur colle à la peau ! Elles respirent le vice ! Il faut les punir. Elles adorent ça !»Suzie devant le spectacle se met à me sucer.Angélique détache Karine et toute les deux se mettent à se gouiner copieusement.Tour à tour, elle lui enfonce violemment un gode dans la chatte et dans le cul tout en stimulant son clito avec sa langue.A se rythme, leurs orgasmes explose escort nevşehir rapidement. Je suis moi aussi à deux doigt d’exploser dans la bouche de Suzie.Experte, elle arrête de me sucer avant que me lâche et m’ordonne :« Encule la pute rousse ! »Tel un a****l en rût, je me jette sur Karine et la pénétre sans préliminaire jusqu’à la garde ; Elle ouvre grand la bouche, mais aucun son n’en sort. Je me met à la labourer méchamment mais mon excitation trop importante me fait jouir au fond de son Colomb rapidement.Je m’écroule sur elle et nous restons emmanché un instant ainsi sans bouger.Alors que Suzie et Angélique se font l’amour bruyamment, Karine, toujours avec ma queue dans le cul, après tant de traitement, de douleurs, de jouissances et d’humiliations, ne sent plus son corps et flotte dans l’espace sans rien pour la faire atterrir. Remis de nos émotions nous passons à la douche et nous nous savonnons sensuellementMartine m’a envoyé un récit sur sa découverte de modèle érotique.J’ai Testé pour vous un shooting photo érotique.La rencontreComme beaucoup d’histoires, cette histoire a commencée lors d’une soirée entre amis. A la fois réservé et  intelligent, drôle sans en faire trop, Alain, mon futur photographe, tenait son reflex à la main comme un bon pote avec qui il aurait fait les 400 coups. Il m’expliquait avec gentillesse ce qu’il aimait photographier. Il me racontât la séance de shooting dont il revenait tout juste.« Un très bon moment » M’a-t-il dit avec un petit sourire. Car, oui, et ça je l’ai compris bien plus tard, la photographie, pour lui, avant d’être un souvenir, c’est un moment de partage entre deux personnes. Je suis allée visiter, curieuse comme je suis, son site dès le lendemain afin de me faire une idée de la qualité de son travail. Un talent indéniable, de l’érotisme sans  vulgarité, des femmes rayonnantes et sensuelles avec de magnifiques courbes.Je l’ai félicité dans la foulée, via son site,  sans rien attendre en retour. « J’ai parcouru votre portofolio et j’ai adoré votre façon de mettre en valeur la beauté féminine dans toute son expréssion et sa sensualité. »Il m’a répondu et touché par mon message, il m’a proposé de venir fair un bout d’essai à son studio. J’ai beaucoup hésité. Même si de fais du nudisme l’été, me mettre nue devant l’objectif d’un inconnu qui risque de diffuser ces photos est une autre pair de manche.Et puis, il est difficile de détecter un pervers d’un mec bourré de talent et pro. Cependant, il faut oser ouvrir ces portes à un moment. J’ai donc accepté mais avec une légère appréhension.Se déshabiller devant un inconnuUne fois que vous avez franchi la porte du studio, une flopée de questions vient vous envahir le cerveau. « Et s’il veut que je me mette nue directement ?  Que va-t-il faire des clichés ?  Est-ce que ce n’est pas une technique pour mater de jolies nanas ? Vais-je être à la hauteur ?  Ne va-t-il pas être déçu de mon corps ? »Alain m’a tout de suite mis à l’aise. Devant un café, il m’a demandé :« Que voulez-vous faire comme style de photo ? »Avec un sourire amusé mais un peu crispé, je lui dis ce que je voulais faire :« J’aimerais une série de photos où je ressemble à une bikeuse. »« Ok, vous avez apporté des tenues ? »« Heu non à part mon fer à lisser, ma trousse à maquillage. »« Bien passez dans la pièce à côté. Il y a pleins de fringues. Maquillez-vous de façon plus appuyé que d’habitude et habillez-vous comme vous le voulez. »C’était comme je le souhaitais, il n’y avait aucune pression, aucune obligation de tenue. Je suis allée me changer et nous avons fait quelques essais avec des tenues différentes.Dabord tout cuir, puis ensuite un peu plus sexy. Il a réglé ses lumières pour qu’elles collent à notre thématique, m’a demandé de prendre certaines poses, et a commencé à shooter tout en m’amenant progressivement à des tenues plus sexy et de poses plus érotiques. Je me suis pris au jeux sans m’en rendre compte et me retrouvais à la fin du premier shooting quasiment nue.Une foi le shooting terminé, il me dit, alors que je suis encore en tenue légére :« Tu as du potentiel Martine.La première fois, ce n’est jamais la meilleure. Si tu veux, reviens la semaine prochaine. Je te montrerai les épreuves d’aujourd’hui et si tu es partante nous referons une autre séance. »« He bien avec plaisir Alain. J’ai bien aimé votre façon de travailler et de me respecter. »Il sourit en me répondant :« Tu peux me tutoyer tu sais. Maintenant, il s’agit de travail et non de sexe. La prochaine foi j’aimerai bien faire de la lingerie avec toi ou même du nu. Tu as un corps parfait. »Je me disais à ce moment oserai-je franchir ce pas ? Mais je prenais rendez-vous avec lui pour la semaine suivante. La fois suivante, tout devint plus facile. J’adorais les photos du premier shooting.Avec plus de confiance, je me lâchais plus. J’ai appris à connaître mon photographe, à savoir ce qu’il veut, et même à le surprendre. Il y a tout un jeu, une relation qui se créée et qui transparaît sur nevşehir escort bayan la photo. On a commencé avec des photos de lingerie. J’étais toute choses à m’exposer ainsi devant son objectif. Lui restait très pro. J’avais un peu eu l’impression de jouer une fille que je ne suis pas. Je dois poser, prétendre “être”, alors que je suis très naturelle. L’expérience reste très sympa et à faire. Les positions demandées n’ont pas grand’chose de naturel mais c’était excitant de poser sous l’objectif d’un photographe professionnel. Je me suis sentie un peu une autre le temps de ce shooting. Alain me demandât alors :« Veux-tu tenter le nu ? »Pris ce tourbillon d’érotisme et devant la froideur pro du photographe, j’acceptais. J’ai enlevé le peu que je portais sur moi et me retrouvais nue un peu gêné devant Alain. Aussitôt, il se mis à me diriger pour faire envoler mes dernières bribes de pudeur.Ce shooting photo, c’était la chance de ma vie. Alain immortalisait mon corps sur sa carte mémoire. Tout en me shootant nue et en me dirigeant, il me dit :«  Cette série sera publiée dans un grand magazine. »Je n’avais donc pas le droit à l’erreur. J’avoue que j’étais stressée. Je ne savais plus trop où je me trouvais, prise dans le tourbillon des événements.Alain était aux petits soins avec moi. C’était dingue, il avait un humour british et arrivait à prendre un recul très agréable vis-à-vis de mes poses parfois indécentes.Je n’en étais pas à ma première séance photo, mais je n’en avais jamais connu aussi érotique. Alain avait su créé entre nous une certaine complicité. Il ne passait pas son temps à regarder mes formes et n’avait qu’une idée en tête , me détendre afin que je donne le meilleur de moi-même pendant le shooting. Visiblement il avait parfaitement réussi sa mission.Au gré de la séance photo, c’est là que j’ai vraiment eu le déclic et une folle envie de ce mec que je ne connaissais pas. J’étais devenue provocante et lors d’une pose, j’ai joué à la chatte en me lovant contre lui sous prétexte de regarder le résultat.La pulsion a****le était plus forte que tout. Je ne sais pas si c’est mon attirance pour cet homme ou un besoin presque vital de relâcher la pression après cette folle journée, toujours est-il que je me suis mise à genoux et que j’ai commencé à le sucer.’Alain et moi ne contrôlions plus rien.Il a ôté ses habits. Je n’attendais qu’une chose, qu’il me prenne sauvagement, qu’il me fasse crier, hurler même sous ses coups de queue. Nous étions comme aimantés l’un par l’autre et je crois qu’en cet instant, rien n’aurait pu nous arrêter. C’était si bon de se laisser aller dans ce lieu. Mon corps n’était plus une chose sans âme dont on se sert pour vanter les mérites de tel ou tel produit. J’étais une femme, libre, jouisseuse de la vie qui prenait son pied et vivait ses désirs dans les bras de son photographe. C’était si bon. J’avais envie que ce moment dure éternellement. Je n’en pouvais plus. Il fallait qu’Alain me pénètre, que je sente sa bonne bite bouger à l’intérieur de mon ventre. Mon photographe m’a placée sauvagement en levrette et sans ménagement aucun, il a enfilé sa grosse queue dans ma fente avide. J’ai été submergée par une vague de chaleur qui a parcouru tout mon corps. Je ne me souvenais pas avoir jamais eu autant envie d’une queue. Dans ce grand studio photo, nous avions la place de laisser libre cours à notre imagination fertile, profitant de tous les recoins pour nous adonner au sexe.À l’endroit même où j’avais posé quelques heures plus tôt, Alain me prenait comme une bête, lui si pro tout à l’heure. J’étais sa chose et je me laissais faire avec un plaisir non dissimulé. Sa belle bite m’arrachait des cris à chaque va-et-vient au fond de mon fourreau trempé. Nos peaux en sueur sentaient le sexe. Nous n’avions aucune retenue, profitant pleinement de cet instant de magie où deux corps en fusion ne font plus qu’un.Assise à califourchon sur mon partenaire, je m’écartais les fesses afin de me sentir encore plus ouverte, béante. J’avais envie que cette barre ne quitte jamais mon intimité, qu’elle continue à me donner cet immense plaisir, encore et encore. Alain qui était un gentleman, me sautait comme un bad boy, tout ce dont je rêvais. Au-delà de la pulsion sexuelle qui nous poussait l’un vers l’autre, une véritable alchimie entre nos corps s’opérait ce qui rendait le plaisir encore plus fort. Nous étions désormais tous les deux au seuil de la jouissance, et nos gémissements avaient laissé place à des râles, des cris même. Lorsqu’Alain est sorti de ma chatte pour venir se masturber sur mon visage, mes doigts ont pris possession de mon intimité. J’avais chaud, mon corps tremblait de plaisir. Un orgasme d’une puissance inouïe m’a submergée. Alors que je criais mon bonheur, j’ai senti le liquide tiède et visqueux de mon photographe se répandre sur mon visage. Jamais je n’avais pris autant mon pied. Je laissais ce sperme couler sur moi jusqu’à mes lèvres pour enfin boire ce jus si délicieux.Si notre corps à corps avait été sauvage, à peine avions-nous fini qu’Alain m’a pris dans ses bras pour me câliner et me couvrir de baisers. Aujourd’hui, Je suis son model dans beaucoup de shooting que nous ponctuons à chaque fois par une partie de sexe endiablée.

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Bir cevap yazın