Dressage avec mon mari

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Ass

Dressage avec mon mariCela faisait déjà deux mois que Alain et moi avions été « pris en main » par Igor. Nous l’avions vu deux fois pendant ce délai et il nous avait chaque fois amené plus loin dans ce monde, nouveau pour nous, du libertinage. Je désirais vivement qu’Alain devienne BI sachant qu’en parfait hétéro, il fallait qu’il soit un peu forcé pour y parvenir. Igor était le choix parfait pour nous servir de guide tant était grande son expérience et sa maîtrise dans ce domaine. Il avait deviné rapidement mon potentiel ainsi que les motivations d’Alain et il s’était fait un malin plaisir de nous soumettre pour pouvoir nous offrir la réalisation de nos fantasmes et la découverte d’autres lieux, d’autres pratiques. Cette fois, il avait préparé une surprise sans rien nous dire. Le rendez-vous avait été donné dans une suite composée d’une chambre en deux parties. Un large vestibule avec un grand canapé, et une grande chambre avec un grand lit. Comme à l’accoutumé nous avons parlé de tout et de rien. J’avais envie qu’il entre dans le « jeu » dés le départ, mais il n’en fit rien se contentant d’être un hôte, disert et cordial. Igor, installa une caméra en face du lit pour ne rien perdre des scènes qui allaient s’y dérouler.« Je vais aller m’occuper de Michèle, toi, prends une douche et reste nu.»Alain filait sous la douche et revint se mettre sur le lit. Il nous trouva enlacés, nous embrassant tendrement. Lorsque je vis Alain, je ne pûs m’empêcher de rougir. J’étais toujours gênée de m’abandonner en sa présence. Dans les rôles que nous avions accepté, il y avait l’indicible bonheur de réaliser nos fantasmes communs, mélangé à la gêne de vivre des situations où chacun se lâchait et vivait ses propres fantasmes. Pour lui, me voir appartenir à un autre, et moi être soumise était quelque chose que je désirais vivre, mais mon amour pour Alain, me mettait dans une position difficile à supporter. J’avais le sentiment de le tromper. Pour Alain, voir mon abandon était toujours extrêmement troublant. Igor avait compris cela très tôt dans notre relation et il désirait en jouer pour nous pousser à éprouver des moments intenses avec nous. J’avais mis une jupe rouge légère qui laissait deviner mon porte jarretelle. Un corsage noir moulait parfaitement ma poitrine d’où l’on percevait mes tétons dressés durcis par l’excitation.Je n’avait pas mis de soutien gorges. Igor m’avait dit au téléphone de ne pas mettre de culotte ni de soutien gorges. Cette obéissance à Igor troublait et rendait jaloux Alain mais il était bizarrement heureux et fier que j’acceptai de jouer ainsi à notre jeu. J’obéissais à un autre que mon mari, passant au dessus de mes propres barrières, acceptant de lui appartenir, mais aussi je lui montrais comme je pouvais aller loin par amour pour mon homme. J’en étais là de mes réflexions, lorsque Igor se séparant de moi allât s’assoir sur le divan. Alain me prit alors dans ses bras pour m’embrasser, sentir ma poitrine s’écraser sur son torse nu et son cœur affolé battre à tout rompre, m’électrisa.« Mon amour, comme tu es belle, dans cette tenue. »« Merci mon cœur. »« Il t’a demandé de ne pas mettre de sous vêtements du tout ? »« Oui… » Répondit-je en rougissant « … Et … tu l’as fais ? »« … Ou… Oui » Lui dis-je encore plus rouge.Alain m’embrassait avec encore plus de passion le cœur au bord de la rupture. Il était excessivement ému de voir de quelle façon, je n’abandonnais. Il laissait ses mains partir à la découverte de mon corps pour sentir mes seins sous ses doigts et passer sous ma jupe. Là, je lui pris les mains pour les retenir d’aller plus loin.« Non, mon cœur, tu sais bien qu’il te faut l’autorisation d’Igor ! »« Mais enfin ? »« Non, s’il te plait. Nous devons jouer son jeux. »J’étais parfaitement en phase avec le scénario prévu par Igor et j’allumais mon mari d’entrée de jeu. Je me relevais et passa devant Alain qui bandait comme un âne en faisant voltiger sa jupe dévoilant mes fesses nues. Alain, rien qu’en pensant qu’Igor en « nouveau Maître » allait profiter de mon corps, d’imaginer aussi les regards de vainqueur qu’il allait lui lancer pendant que les lèvres de sa belle envelopperaient la virilité triomphante d’Igor, le rendait fou d’excitation et de jalousie. Je savais qu’il songeait à moi en levrette, Igor profitant de mon cul. Lui qui, de son propre aveux, aimait tant me sodomiser. Igor vint vers Alain parti dans ses pensées, frustré et toujours nue et bandant sur le lit pour lui glisser à l’oreille:« Tu vas être tendre avec ma soumise. Tu la déshabilles tendrement, tu la détends et tu me la prépares correctement. Je veux qu’elle mouille abondamment avant de m’occuper d’elle. »« Oui… maître » Avait-il chuchoté « C’est bien tu apprends comme il faut. Appliques toi surtout.»Il me regardât, me fit un sourire, un petit clin d’œil avant de me dire :« Faites comme si je n’étais pas là mes soumis ! »Je souris tendrement et amoureusement je vins me perdre dans ses bras, pour l’embrasser, fougueuse et passionnée comme à mon habitude. Je jouait avec ses tétons pour les faire bander pendant que nos langues se mêlaient étroitement l’une à l’autre. Je me livrais à mon mari comme si Igor n’était pas là. Alain ouvrit doucement mon corsage faisant sauter les boutons les uns après les autres. Il voyait apparaître mes seins ronds et tendres pleins d’amour et d’émotion à peine contenus qui bougeais au rytme de ma respiration. Les pans de mon corsage pendaient maintenant de chaque côté découvrant les pointes érigées par l’excitation et la situation. Il penchait la tête vers cette poitrine que je lui offrais et posait ses lèvres sur mes framboises dures et gorgées de désirs. Je soupirais sous ce baisé puis me mis à gémir. Alain savait que jamais les morsures amoureuse sur mes seins et de m’offrir à mon mari devant Igor m’excitais encore plus. Étrange sentiment que d’être gênée vis à vis de cet homme qui me « prêtait » à mon mari. Cette inversion des rôles nous troublait tous les deux. Alain internet casino laissait ses mains partir à la redécouverte de mes seins, de ma peau. Il en agaçait les pointes, soupesait leur masse, en savourait le toucher si délicat. Il embrassait mon ventre et mes seins en alternance pendant que ses mains faisaient glisser le vêtement le long de mes jambes fuselées de bas noirs. Igor jouissait visiblement de son emprise sur nous et se régalait de notre gêne, de nos gestes presque empruntés. S’aimer devant un autre homme était une chose qui nous embarrassait beaucoup moins qu’avant. Pourtant, nous éprouvions une timidité nouvelle à le faire devant un homme qui était devenu notre maître. Sans doute le désir de ne pas lui déplaire voire celui de le satisfaire pleinement. Mon mari se mit à genoux devant la fourche de mes jambes que j’ouvris pour laisser passer sa langue sur mon clito. Je désirais les caresses de sa langue sur mon bouton d’amour et, dans ma chatte, je sentais monter mon désir, inondant mon intimité pour mieux m’offrir à Igor ensuite. Je gémissais et profitais de ces instants octroyés par notre Maître Igor. Je coulais sur sa langue et Alain buvait à ma source ce nectar de reine qui se répandait en ondes amoureuse de plaisirs. Je me mis à le griffer en miaulant tendrement. Je commençais à jouir doucement et en vagues successive le plaisir m’emportait. Mon mari glissait deux doigts dans ce sexe offert et chaudement excité par ses soins. me doigtant rapidement et profondément. Alors qu’Alain me doigtais, Igor s’était approché et m’embrassait à pleine bouche en me malaxant les seins. Pendant qu’il m’embrassait, Igor attirât la tête d’Alain à la hauteur de sa bite. Alain totalement soumis ouvrit la bouche pour le sucer. Tout en continuant à me doigter. Igor ne le lâchât pas jusqu’à la fin de mon orgasme. En rouvrant les yeux, je vis la queue de notre Maître dans la bouche active de mon homme. J’eus un coup au cœur devant ce spectacle. Je mis la main sur la tête d’Alain pour accompagner les mouvements de sa fellation. « Suce bien ton Maître mon chéri ! »Igor m’appuyât sur la tête et mes lèvres rejoignirent celles d’Alain pour partager cette bite désireuse de passer d’une bouche à l’autre.Nous passâmes tous trois sur le lit et continuâmes en trio. Igor me doigtait pendant qu’Alain continuait à le sucer. « Maître ? Puis-je sucer mon homme ? »« Oui, bien sur pompe le le petite salope : »J’avais attendu haletante cette autorisation. Je me jetais comme une sauvage sur la queue de mon tendre époux et le suçais avidement et gourmande. Je m’agitais de plus en plus. Mes gémissements devenaient progressivement plus forts et montraient que le plaisir montait en moi de façon inéluctable. Je criais mon plaisir sur sa bite. Et dans ma furie, lui mordant le gland, il dus se retirer sous la douleur. Je m’accrochas et lui griffa les fesses y laissant la trace de mes ongles acérés. Igor s’écarta pour mieux profiter de ma folie sexuelle. J’étais secouée de spasmes. J’ouvris mes cuisses largement et Alain se mit à me bourrer violemment.« Baise lui la chatte seulement, son cul m’appartient. N’oublie pas ! »Je balançais mon bassin vers sa queue pour m’y empaler profondément. La houle qui nous prit se fit plus violente.Dans un orgasme mutuel, Alain s’épanchait en moi en hurlant de plaisir tel un a****l blessé. J’enlassait tendrement mon mari en lui disant :« Je t’aime mon amour ! »Igor n’en ayant pas terminé avec nous et n’ayant pas joui vînt près de moi et me mit un bandeau sur les yeux. Il se penchât pour m’embrasser poussant la tête d’Alain vers ma chatte pour qu’il me la nettoies correctement. Alain s’exécutât, sans mot dire, et me léchait, buvant son propre sperme. Igor se levât et allât dans le vestibule pendant que mon homme continuait à me lécher. Igor revint avec deux hommes. Ils bandaient déjà devant l’érotisme de la scène que je leur offrais. Cette femme qui allait recevoir son maître entre ses jambes grandes devant son mari. Le candaulisme ne leur échappait nullement et ils semblaient tous les deux en goûter l’érotisme trouble qui inondait la chambre. Igor me pénétrât fermement mais sans brutalité. Je me remit à haleter. Il me fit sucer la bite molle d’Alain. Mon corps était à nouveau pris par des soubresauts sous les coups de boutoir de mon Maître. J’accompagnais chacun de ses mouvements. Igor mit une claque sur les fesses d’ Alain et fit une œillade en direction des deux autres hommes. Mon mari allait devenir spectateur de mon « prêt » à des inconnus par mon Maître. Je ne voyais rien mais sentais des présences. Lorsque je sentis de nouveau un gland contre mes lèvres, J’ouvris la bouche. L’homme qui poussait son gland dans la douceur chaude et humide de ma cavité buccale, était velu, et semblait puissant et il dégageait une grande impression de force. L’autre homme s’approchât d’Alain et lui glissant à l’oreille :« Il paraît que tu aimes sucer alors prend ma bite lopette ! »Se disant, il avait appuyé sur sa nuque pour l’agenouiller et le forcer à le sucer. Honteux, il se mit position et l’accueillir dans sa bouche. Alain me voyait sucer cet inconnu pendant que notre Maître me pistonnait toujours la chatte. Igor me faisait encore onduler mais ne me laissât pas jouir se retirant avant l’assaut des vagues de plaisir qui menaçaient de submergée la docile soumise que j’étais.L’homme qu’Alain suçait, le repoussa avant de venir s’installer entre mes cuisses toujours ouvertes. Igor lui ayant laissé la place, il s’enfonçât dans cette chatte ouverte et disponible. Dés qu’il fut en moi, il me pistonna sur le même rythme que m’avait imposé Igor juste avant.« Vois comme elle se donne cette chienne ! Regarde comme elle accepte et accueille en elle n’importe quelle queue ! N’est-elle pas magnifique comme ça ? »« Si… maître. Elle est splendide. »« Bien, je vais continuer son dressage. Suis moi. »Igor poussa Alain vers la porte. Les deux inconnus continuaient à s’occuper de moi. Deux autres canlı poker oyna hommes attendaient derrière la porte dans le vestibule. Igor s’adressât à mon homme en disant :« Tu vas bien t’occuper de ces messieurs comme une bonne petite salope. »S’adressant aux deux nouveaux, il leur dit :« Elle est à vous dressez là comme il faut ! Je retourne m’occuper de sa femme ma soumise. »Alain se laissait faire Un grand noir le mit à genoux et lui imposa de lui ouvrir le pantalon. Une main derrière sa nuque lui pose un mouvement vers l’avant. Un gland contre ses lèvres, il ouvre la bouche et s’y glisse. Docile Alain le suce comme une bonne pute. Le voilà soumis complaisant et offrant sa bouche à ce noir. L’autre, prenait la main d’Alain pour y glisser une bite encore souple mais d’un diamètre inquiétant au repos. Moi de mon côté, je n’arrêtais pas de gémir et de crier sous les assaut des deux mâles et d’Igor. J’étais secouée en tous sens par les hommes avides de profiter de l’aubaine que leur accordait Igor de sauter une si belle pute. Mes cris étaient étouffés par les bites qui occupaient ma bouche comme mon homme. J’entendis un cri d’Alain et devinais qu’une queue inquisitrice lui pénétrait les fesses. Le gland qui pèse sur sa corolle qui s’ouvre lentement mais surement. Une bite l’envahit lui tirant des cris de douleurs puis des gémissements assourdis par cette autre bite qui encombre toute sa bouche. Armand, le grand black lui mit un collier de soumission autour du coup en disant :« On va te dresser en bonne salope, comme ta chienne de femme. Et elle pouvoir découvrir la lopette qu’est son mari ! Si tu n’es pas obéissant, on saura te faire obéir ! »Les larmes aux yeux à cause de cette sodomie j’entendis mon homme dire doucement :« Non, monsieur, je serais … ; obéissant. »« Igor nous avait prévenue que vous deux étiez des putes soumises très dociles. Ouvres ta bouche et pompe moi salope. »Après un moment les deux hommes qui soumettaient mon mari inversement les rôles. Armand se couvrit la bite pendant que Bertrand enlevait son préservatif et lui présentait sa bite à sucer.Igor nous obligeait à vivre côte à côte une expérience inédite où nos esprits atteignaient le même bouillonnement que nos corps asservis.Alain pouvait entendre mes cris étouffés et le lit grincer au rythme des assaut que je subissais. C’était la première fois que mon homme subissait le assaut de mâles et j’en jouissais de l’imaginer être pris comme je pouvais l’être. Sa virilité devait en prendre un un fameux coup. Lui si dominateur et macho. C’était évident désormais Alain était bi et en plus il commençait à apprécier ça. Igor pour me faire participer demandât :« Alors Alain en en est où. »« Il se laisse bien faire comme une bonne salope soumise ! Il a même l’air de commencer à aimer ça ! » dit le black.« Ouais,… écoute comme il gémit le pédé ! » dit celui qu’Alain suçait.En effet, je pouvais l’entendre gémir de plaisir.« Alors Alain ! Dis haut et fort que ta pute t’entende ! « Je suis une belle en salope et j’aime me faire défoncer le cul comme ma femme et prendre des bites dans la bouche ! » »« Je suis devenu votre salope !…Je suis une belle en salope et j’aime me faire défoncer le cul comme ma femme et prendre des bites dans la bouche !  Maître »« C’est parfaitement ça ! Regarde comme ta salope de femme est bien dressée aussi ! »« Voilà, tu es très belle comme ça, le cul ouvert. »Il attacha une laisse au collier d’Alain et le tira dans la chambre.Il obligeât mon homme à me regarder alors que j’étais à califourchon sur un homme la queue dans ma chatte et un autre dans les fesses. J’avais toujours le bandeau sur les yeux et suçais consciencieusement la bite d’Igor.« Tu vois, elle est bien dressée ta salope ! E se fait enfiler par tous les trous et accueille toutes les queues que je lui présente ! Regarde là arrondir les lèvres autour de ma bite ! Elle a l’air de savourer ces tiges non ? »« … Oui, je vois… maître. »« Approche toi plus prêt pour mieux voir comment ta salope se fait bien défoncer ! »Alain me voyait prendre du plaisir en train de pomper en gorge profonde et me faire remplir le cul et la chatte par des grosses queues d’inconnus.r deux grosses queues d’inconnus.« C’est sa première double. Chaude comme elle est, elle bonne à prendre partout, ta pute ! Je vais même te faire un cadeau !»Igor s’allongeât sur le dos près du trio. Celui qui m’enculait sortit de mon cul. Celui que je suçais se retira aussi me laissant haletante. Il me pris par les épaules et m’installa sur Igor qui pointait sa bite et entra d’une traite dans ma chatte largement ouverte et dégoulinante.Je gémi de plaisir. Igor m’enlaçait maintenant et m’embrassait à pleine bouche. Le reconnaissant, je me donnais à lui avec un empressement. Je sentis que le lit s’affaissait derrière moi et dans les brumes de mes plaisirs, je devinais ce qui allait m’arriver. Igor me dit :« Ecartes tes fesses ma chérie ! Tu va t’en prendre deux en même temps ! »Alain alors me vit lancer mes mains derrière et écarter largement mes fesses pour me préparer sans doute à une doubler voir triple pénétration. Armand, pointa son gland et appuya sur lma rondelle qui s’ouvrit lentement pour laisser la place à ce gland épais. Après ça, la corolle lâchait prise, le gland passait rapidement la barrière me coupant le souffle et juste après, je me mit à crier, pendant qu’Alain pouvait voir la bite d’Armand disparaître complètement entre mes fesses écartées. Igor regarda dans la direction de mon mari et lui sourit d’un air de dire :« Tu vois comme je l’ai bien dressé ta femme ! »Il tendit la main et Bertrand lui donna la laisse. Igor amena Alain devant moi qui gémissai toujours. Il me pris par les cheveux pour me lever la tête et prendre la queue de mon homme dans la bouche.« Suce ta lopette de mari pendant qu’il se fait enculer lui aussi ! »Je soupirais et sans aucun signe de réticence, je refermais mes lèvres sur le gland de mon amoureux. Et me mis à le sucer poker oyna en gémissant. Igor m’ôta alors le bandeau des yeux. Je batis des cils pour m’habituer à la lumière. Je vis la fierté dans les yeux d’Alain de me voir accepter ainsi, pour lui, ma première double enchainée avec ma première triple.Je sentis qu’Armand se retirait de mon cul, immédiatement remplacé par un autre que je ne pouvais voir trop occupée à sucer mon mari. J’accueillais cette nouvelle queue juste avec un gémissement sourd étouffé par la bite que je suçais. Igor et les enculeurs, alternaient parfois leurs mouvements. On tira sur la laisse d’Alain pour qu’il cède la place. A regret, la queue de mon bien aimé quittait ma bouche. Igor prit ma tête à deux mains.« Alors ma belle chienne, tu aimes ce que ton Maître te fait découvrir ? »Haletante secouée de spasmes et par mes partenaires, je répondis :« ..Ou… Oui … Maî…Tre J’aim…heuu ! »« Tu es très belle ainsi offerte Michèle. Tu aimes la triple ? »Je rougie intensément s’apercevant du monde qu’il y avait dans la chambre, mais trouva la force de répondre :« Oui… Maître, j’aime bien… »Armand entra dans mon champ de vision. Moi qui n’avais jamais, malgré mes envies, eût de rapport avec un homme noir.« Ouvre la bouche et suce Armand salope ! »J’obéi après un petit temps d’hésitation interrompu par une claque ferme sur mes fesses. Alain avait les yeux exorbités de me voir ouvrir la bouche et prendre Armand entre ses lèvres alors que derrière, un nouveau changement s’opérait. Je fermais les yeux et commença à chalouper avec ces partenaires. La sarabande continuait dans un concert de soupirs , de cris et des gémissements. Dans ma jouissance, je me mis à griffer les épaules d’Igor. Ca y était, un nouvel orgasme pointait. Alain n’eut pas le loisir de rester spectateur car Bertrand tira sur la laisse et le mit à genoux. Docile et comprenant ce qu’il voulait, il le prit entre ses lèvres serviles sous le regard goguenard d’Igor qui semblait savourer son emprise sur nous. Il avait réussit à faire de notre couple, un couple de chiennes soumises. En deux séances, il avait transformé un couple classique en une paire de salopes obéissantes, dociles et volontaires pour accepter les ordres qu’il nous donnait et les exécuter sans rechigner.Nous étions ainsi, lui à genoux en train de faire une belle fellation à un inconnu et moi prise en triple par Igor et deux hommes que je n’avais jamais vu. Notre transformation était complète. Au milieu de cet énième orgasme qui dévastait nos traits fatigués, je vis l’homme poilu et ventru s’approcher de Bertrand et d’Alain. « J’ai jamais enculé un mec…Je peux ? » … Fit-il à l’adresse de Bertrand.« Oui, bien sur ! Il est là pour ça n’est-ce pas salope ? »« Oui, Monsieur »« Hé ben, mais dis le !!! »« Oui, je suis là pour ça… »Alain reçus une gifle cinglante.« Tu es quoi ? »« Je suis une salope et je suis là pour sucer et donner mon cul monsieur. »Le nouveau embrocha d’une traite et je fus étonné de constater qu’Alain se faisait enculer sans broncher. Troublante évolution…Bouleversant changement. Je voyais comme das un rêve mon mari se faire prendre et sucer un mec. Celui qui l’enculait ne put se retenir et se mit à jouir au fond de son intestin. Bertrand sorti sa bite de sa bouche et l’arrosa de son jus.Je poussais un HOOOOOO !!! de surprise. Lorsque ce fut fini, Alain tournait sa tête vers moi, le visage maculé de traces blanches. Je lui adressais un sourire attendrit et lui lançais un« JE T’AIME ! » Les deux gars s’approchèrent de moi et Igor me dit :« Michèle ! Branles les, suces les et fini les ! »Rougissante, je pris une bite dans chaque main et les suça alternativement. Excités comme ils l’étaient par l’ambiance, ils ne tardèrent pas à jouir sur ma poitrine et dans ma bouche. Igor prit dans son sac, une bouteille de champagne et des verres et fit sauter le bouchon pour fêter ça. Nous bûmes, épuisés mais souriants. Les invités se rhabillèrent et prirent congés. Nous avions commencé à nous essuyer lorsque Igor en nous claquant les fesses nous dit :«  Avec la langue petites salopes ! »Nous nous exécutâmes aussitôt. Léchant les traces de sperme sur nos peau.« Parfait, venez me finir tous les deux avec vos jolies bouches soumises. »Nous agenouillâmes devant notre maître et commençâmes à le sucer à deux. Il passait d’une bouche à l’autre. Une main sur chacune de nos têtes qui montaient et descendaient le long de la tige ou sur le gland pour le faire durcir. Igor poussa ma tête vers ses couilles pendant qu’Alain le suçait goulument. Je les prenais en bouche, y passais ma langue, les cajolais. Nous l’excitâmes un long moment jusqu’à ce qu’il nous rapproche l’un de l’autre :« Embrassez vous sur la bite de votre Maître ! … Oui, c’est bien comme ça… Un peu plus vite… voilà… Encore !!! Buvez moi mes salopes !! Avalez tout ! »Il se mit à jouir de façon saccadée. Son jus sautait entre nos lèvres et dans un réflexe de soumises, Alain et moui essayions de nous le partager. Il me prit la tête à deux mains et s’enfonça entre mes lèvres :« Bois putain ! »Je reçus deux jets sur la langue. Il se retira et passa à Alain :« Fiini moi pétasse !»« J’espère que vous avez aimé cette séance mes agneaux. »Ensemble nous répondîmes :« Oui maître »« C’est parfait je suis fier de vous deux. »Je commençais déjà à me rhabiller pour repartir. J’embrassais Igor en le remerciant :« Merci pour ces expériences Maître. »Je vins tout sourire me coller à Alain pour glisser ma langue dans sa bouche en un baiser langoureux et passionné.« Maintenant, tu es parfaitement Bi mon cœur je suis très très fière de toi amour. Je t’aime. »« Merci ma tendre. Je t’aime aussi. »« Bon, à partir de maintenant, lorsque je te donnerais des consignes, j’exige que tu y obéisse sans discuter c’est bien compris ma petite salope ? »« Mais maître, on avait dit que le jeu se limitait à la chambre non ? »« Non ! Le jeu ne se limite à ma volonté ! Si tu veux faire encore des trio avec Michèle et moi. Tu sais, puisque tu l’as vu, que Michèle est une salope bien dressée, et tu sais qu’elle acceptera ce que je lui impose. Donc, tu as tout intérêt à accepter mes ordres sans discuter c’est bien clair ? »« Oui maître c’est clair, je vous obéirais sans discuter. »

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Bir cevap yazın